Accueil > Critiques > 2005

Daft Punk : Human After All

mercredi 16 août 2006, par marc


Autant le dire tout de suite, le duo français m’inspire des sentiment contrastés. Positifs pour le premier album frais et fort réussi. Fort négatifs pour les insupportables frasques inispirées sur fond de manga aux couleurs vomitives (l’absolument insupportable One more time).

Peu de groupes ont pu trouver si vite un son reconnaissable mais il semblent prisonniers de leurs propres tics. Si les Daft punk sont restés de très bons tritouilleurs de son (le très Fatboy slim Technologic, The brainwasher) l’inspiration ne semble plus à son zénith.

Les robots découvrent les guitares. Ca, c’est le concept de base de l’album et montre l’indigence à peine croyable du propos. C’est finalement ce qu’il y a de plus fumeux. Ce qui aurait été innovant il y a 25 ans (pensez qu le premier album de suicide en a presque trente) ne l’est plus deux décennies après Kraftwerk. Le riff de Robot rock qui d’ailleurs se révèle supérieur à l’original a quand même plus de vingt ans au compteur et l’époque actuelle fait bien mieux (les Chemical Brothers, Le Rubin Steiner de ’Your life is like a Tony Conrad concert’), sans compter que les groupes intéressants font l’inverse, c’est à dire incorporer de l’électronique à leurs instruments (de Garbage à Radiohead).

Quelques règles de base pour "la musique électronique pour les nuls" maintenant : Un peu de vocodeur, c’est bien, du vocodeur systématique c’est pesant (Televison rules the nation). Répéter une seule phrase, voire un seul mot c’est vite horripilant (Emotion, The prime time of your life). On est parfois plus efficaces en ne disant rien (The brainwasher)

Au final donc, des moments qui vont encore nous faire transpirer mais tout semble si prévisible et entendu que Daft punk devra se remettre sérieusement en question pour survivre. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)