Accueil > Critiques > 2017

Xiu Xiu - Forget

lundi 20 février 2017, par marc


On replonge toujours dans le monde inquiétant de Xiu Xiu avec un peu d’appréhension, comme quand on descend dans une cave humide qu’on n’a pas encore exploré. Mais on sait aussi que cette cave peut receler des trésors et on en remonte soulagés et ravis.

Dès les premières écoutes, on sait qu’on n’a pas affaire à un Xiu Xiu trop obscur. Surtout le premier morceau The Call qui ne présente pas de rupture trop rude. On y entend certes quelques éructations mais ce ne sont pas elles qui cristallisent l’attention. La relative accessibilité dépendra bien entendu de votre acceptation du ton très affecté de James Stewart, lequel est un marqueur fort mais aussi un potentiel écueil pour l’auditeur trop occasionnel.

Les sons qui parsèment les morceaux peuvent être anxiogènes mais il y a toujours ce moment de recentrement, cette concentration autour d’une densité du son qui apporte une intensité jamais démentie. Queen of The Losers comprend tout ça. De même, Forget est un de ses bons morceaux (tous albums confondus) parce qu’il dégage une immense intensité avec l’électronique forte et puissante. Les morceaux plus nus comme Petite ne sont pas exagérément désolés. Il s’en dégage une émotion véritable, tout aussi palpable sur le poignant Faith, Torn Apart.

Il n’en abandonne évidemment pas son auto-flagellation pour autant (Do you hate because I seem so stupid sur Get Up) mais l’intensité en est simple, directe avec un son légèrement distordu. Et si la conjonction de gros son et de lignes mélodiques claires et faciles rend Hay Choco Bananas immédiatement sympathique, il pousse les curseurs tellement loin sur la fin que si l’accessibilité est réelle, elle reste limitée à un public un rien averti et curieux.

On retrouve aussi au casting de cet album de vieilles connaissances comme John Congleton ou Greg Saunier (Deerhoof) mais aussi Kristof Hahn des Swans ou Charlemagne Palestine. Des collaborations de haut vol donc pour un album qui marque un retour à une forme plus compacte après s’être frotté aussi bien à des standards folk que la musique de Twin Peaks.

Un film d’horreur qui ne fait pas peur peut être considéré comme raté, voire ridicule. Libéré d’une part de sa composante anxiogène, cet album de Xiu Xiu n’en garde pas moins tout son intérêt, parce qu’il conforte d’autres manières de rester intense. Plus soyeux peut-être, mais toujours singulier et sans concession, l’univers de James Stewart livre un de ses hauts faits avec ce Forget.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)