Accueil > Musique > 2017 > Josy & The Pony vs The Poneymen - Hippodrone Club

Josy & The Pony vs The Poneymen - Hippodrone Club

vendredi 17 mars 2017, par Marc


La plantureuse compilation sortie en fin d’année passée l’a confirmé, le label serésien Freaksville est une île, un monde parallèle, les Galapagos de la chanson française. Le label de Benjamin Schoos abrite en effet quelques beaux spécimens de chanson déviante et on y distingue aussi une patte, une envie de faire de la musique différemment. Par exemple, La Femme ne pourrait pas se retrouver sur ce label (ceci n’est en rien un jugement de valeur) même si le genre pratiqué est proche. Question d’état d’esprit, d’approche, de distanciation.

Laquelle est assez poussée ici puisque cette rencontre entre Josette Ponette et The Poneymen débouche sur un album assez délirant. Pensez à des B52’s imbibés de Cara Pils, une chanson française avec une grosse touche de garage et de fun. Mais la musique pour de rire, il faut, c’est une obligation, la faire sérieusement. Le dernier morceau instrumental de dix minutes qui montre qu’on n’est pas là (que) pour rigoler et il sert de contrepoint au premier morceau aussi instrumental.

Entre les deux, ils se concentrent sur le thème du poney. Sissi. On avait déjà eu une flopée de groupes dont le nom tournait autour du sympathique animal (Poney Express, Pony Pony Run Run, Pony Hoax…) mais rarement on avait à ce point fait le tour de la question avec autant d’aplomb. Cet aplomb permet d’ailleurs tout, même Ce soir on va faire la fête/avec les poneys et les ponettes/on mangera des tomates-crevettes/Et en chantera à tue-tête.

Remarqués dans des concours tout-à-fait officiels (Humo rock Rally, Franc’off) de notre joli pays, cette formation se permet même de rappeler En Route Pour La Joie de Noir Désir sur Whore & Horses. Ou alors du Dick Dale sous acide, question de point de vue… On retrouvera aussi en chemin un anglais tellement approximatif qu’il en devient délectable (Let’s Beer.. OK Pony), des cuivres (Hiii Hue Hiii Han) et même une certaine lassitude des poneys (marrant La Ponasse).

Album au neuvième degré et assez abrasif, cet Hippodrone Club prouve s’il en était besoin qu’il ne faut pas se prendre au sérieux pour l’être et constitue une petite randonnée furieuse et conseillée à dos de poney déchainé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)