Accueil > Critiques > 2017

Raoul Vignal - The Silver Veil

mardi 18 avril 2017, par marc


Une de nos missions est de se rendre disponibles pour les découvertes. Certes, le flot n’est pas continu mais quand des albums comme celui-ci passent entre nos oreilles, il ne faut pas les laisser passer. On ne vous laissera donc pas ignorer Raoul Vignal, Lyonnais de 26 ans qui a enregistré son premier album composé à Berlin (l’allusion du titre est le ciel voilé et lumineux de la capitale allemande) et se place d’emblée dans une prestigieuse lignée.

Historiquement, s’il avoue une vénération pour Lee Hazelwood et cite judicieusement Sibylle Baier quand on lui demande de mettre un album en exergue, il renvoie presque immédiatement à Nick Drake. Pour les cousinages plus récents, on pense aussi à José González et Will Stratton qui publie comme lui chez les précieux Bordelais de Talitres.

Rien que du très relevé donc, mais il s’impose sans forcer dans ce club huppé. Tout d’abord parce qu’il a la virtuosité qu’il faut pour pratiquer ce picking véloce et mélodique en diable. C’est une condition nécessaire, mais pas suffisante.

Il faut en effet des morceaux à la hauteur pour marquer. Et comme le line-up est réduit, les mélodies se retrouvent aux avant-postes. Celle de One par exemple est vite souveraine. Le ton est évidemment rêveur et un rien mélancolique mais ce n’est pas trop alangui non plus comme l’illustrent le single Hazy Days et l’enlevé Side by Side. Dans ce contexte simple, les arrangements prennent tout de suite du relief, comme la discrète rythmique de Whispers. Encore une connivence qui fait plaisir, on se surprend à entendre l’écho de celle du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) sur Shadows.

Hors du temps est une épithète souvent galvaudée mais rarement comme ici les marqueurs temporels semblent s’effacer devant l’évidence du style. Un jeune Lyonnais vient rappeler avec force qu’on peut encore susciter de l’émotion avec une guitare et une voix.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)