Accueil > Critiques > 2017

The Wooden Wolf - Four Preludes Op.5

lundi 24 avril 2017, par marc


Il y a un nouveau The Wooden Wolf. Ça devrait être tout ce qu’on voudrait dire. Parce qu’à la relecture des compte-rendus précédents, il y a très peu de choses à modifier. Certes, les morceaux sont nouveaux, d’accord, il n’est pas identique au précédent mais ce cinquième opus est surtout une cinquième occasion de s’enthousiasmer et de répandre la bonne parole d’Alex Keiling.

On avait distingué deux tendances, une plus minimaliste et une plus orchestrée. On n’est pas franchement dans un de ces deux cas de figure extrême, avec un équilibre qui passe aussi par un séquencement judicieux.

La voix d’écorché est suffisamment maitrisée pour distiller de l’émotion. On a envie d’y croire, on est en empathie totale. Ce n’est pas une explication, c’est un constat simple qui se confirme sortie après sortie. On le sent dès Busy Being Born. L’arpège de guitare est en avant, mais il y a un peu de violoncelle en renfort. Discret, certes, mais suffisant pour enrichir le propos. On en entend plus sur It Takes and Angel to Make a Ghost et ce morceau en devient plus poignant encore.

On est alors prêts pour le plus sombre et pesant Little Green Eyes avant le retour au calme guitare-voix sur Four Bullets For Berta Cáceres (activiste Hondurienne pour info). Quatre titres seulement, voilà la raison de la frustration pour cet opus 5. Si vous découvrez l’artiste, plongez-vous simplement dans le reste. A l’inverse, on attend impatiemment l’Op. 6

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)