Accueil > Musique > 2017 > Fionn Regan - The Meetings of the Waters

Fionn Regan - The Meetings of the Waters

lundi 22 mai 2017, par Marc


Fionn Regan pour nous, c’était surtout 100 Acres of Sycamore, album magnifique de classicisme, gorgé de cordes et porté par l’époustouflant morceau du même nom. On avait depuis entendu un album très dépouillé, au plus près d’une écriture folk classique elle aussi et assez touchante. Le temps nous avait manqué pour en parler mais on n’avait certainement pas oublié. Ce ne sont ni l’une ni l’autre de ces inclinations qu’on retrouve ici puisque ce qui est déjà son cinquième album ne présente pas de cordes soyeuses ni de guitare-voix décharné.

A la place, il a concocté un cocon plus artificiel mais toujours doux et enveloppant. On retrouve ainsi une douce pulsation sur la plage titulaire. C’est très doux évidemment, sa voix étant très en accord avec cet environnement sonore. On pense donc plus à des artistes de l’intime organique comme Porcelain Raft ou Low Roar qui sort son album simultanément.

Il garde de bien belles mélodies dont celle, très belle, d’Up Into The Rafters qui se pose d’emblée comme le morceau qu’on épinglera, celui qui servira de porte d’entrée. Il en a le ton entêtant, la douce densité. Le ton est un plus direct sur Cape Of Diamonds avec un peu d’électricité et de chœurs en renfort. Ca marche d’autant mieux et pour le coup nous rappelle les riches heures de The Dodos. De même, la très courte pièce Babushka-Ya-Ya un rien plus rentre-dedans et qui apporte un peu de peps à l’album. L’équilibre est trouvé par l’enchainement au très éthéré Wall of Silver. On retrouve aussi une courte pièce ambient en plein milieu et une très longue à la fin qui a sans doute toute les chances de se faire systématiquement zapper (c’était mon cas).

Il faut être honnête, si cet album confirme la délicatesse et la versatilité de Fionn Regan, il ne reproduit pas aussi souvent le rush d’émotions de celui qui nous l’avait fait connaître mais mine de rien, les trois derniers albums de l’Irlandais couvrent un spectre plutôt large et une fois installé dans ces ambiances, cet album se révèle assez équilibré.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)