Accueil > Critiques > 2017

Benjamin Biolay - Volver

mercredi 14 juin 2017, par marc


L’avenir seul nous le confirmera, mais avec un peu de recul, il apparait que le duo Trash Yéyé/La Superbe constitue le sommet de la discographie de Benjamin Biolay. Quand on a atteint un sommet, on descend donc ? Pas nécessairement, surtout quand on est resté productif.

Au lieu de l’angoisse de la page blanche, l’ami Benjamin a réalisé qu’il bénéficiait d’une liberté presque totale. Celle qui lui permet de reprendre Charles Trenet, de faire des reprises avec des gens qu’il aime bien et puis de faire des albums au gré de ses envies, sans tension commerciale ou artistique. On l’a souvent comparé à Serge Gainsbourg, surtout à ses débuts. Il faut dire que sa façon très ample d’habiller ses morceaux contrastait avec le minimalisme revendiqué d’une certaine scène française de l’époque (Dominique A, Mathieu Boogaerts, Albin de la Simone…). Maintenant que la ressemblance littérale s’estompe, la connivence avec le maître s’exprime au niveau de la liberté.

Cet album présenté comme la suite d’un Palermo Hollywood qui nous avait plu par moments en garde en effet les mêmes qualités et peut susciter la même perplexité occasionnelle. Ceci est un album de Benjamin Biolay, pas un buffet à composer soi-même mais force est de constater que la tentation est grande de faire deux colonnes j’aime/j’aime pas.

On ne peut évidemment que s’incliner devant la plage titulaire placée d’emblée qui semble une relecture post-moderne d’Hier Encore d’Aznavour, en plus auto-flagellant et avec de vraies fulgurances. Les belles choses mélancoliques comme La Mémoire ou Arriverderci touchent aussi par leur ton direct, leur emphase discrète. Et s’il doit se frotter à un classique inoxydable de la chanson française, il est logique et heureux qu’il fasse d’Avec Le Temps un tango lent qui lui va bien au teint.

Sans doute qu’avec des morceaux du calibre des susmentionnés cet album serait un peu plombant, magnifique mais lourd. Heureusement pour certains, tant mieux pour l’équilibre peut-être, il y a autre chose. Mais on ne pourra pas s’empêcher de pense que Encore Encore est pour le moins décousu, que les voix vocodées de Mala Siempre seraient bien restées pour toujours hors du périmètre de ce qu’on écoute. Il pousse encore le bouchon plus loin sur Hypertranquille qui lui donne une nouvelle façon d’afficher sa morgue même si on est déjà bien loin dans le WTF. Dans cette optique, les morceaux qui sont simplement cohérents se distinguent. Les morceaux reggae ne sont toujours pas nos préférés mais ils sont ici simplement exécutés.

Evidemment, son carnet d’adresse lui permet de dégoter Catherine Deneuve pour déclamer sur Happy Hour et puis surtout il monte de deux crans sur les parties musicales. Quand le refrain de Le Nuage reste bien sirupeux, la fin sauve la mise sans coup férir, comme un pilote en dérive dans un virage se remet dans l’axe en un coup de volant.

On le devine, il sera peut-être compliqué à l’avenir de s’enflammer pour un album complet de Benjamin Biolay. Mais les hauts faits présents ici nous ont donné le courage d’affronter le reste et on se dit que finalement, il y a des façons moins gratifiantes d’utiliser son talent quand on bénéficie visiblement d’une liberté totale.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Benjamin Biolay - Volver 14 juin 2017 15:15, par Le Sto

    J’ai beaucoup aimé Palermo Hollywood, je trouve que Volver fait un peu "outtakes, je surf sur la vague de mon bon plan latino". Il y a de bonnes choses mais c’est moins cohérent et les morceaux sont un peu moins forts. Bon, il dit que c’est pas des restes, c’est des vraies chansons toutes nouvelles flambantes neuves mais moi je peine à y croire.
    Enfin, p-e que si celui-ci était sorti avant, je n’aurais pas le même avis... mais il n’est pas sorti avant, alors voilà, moi je suis un peu déçu.

    repondre message

  • Benjamin Biolay - Volver 20 juillet 2017 11:13, par Lili

    J’adore Volver...après plusieurs écoutes les chansons sont magnifiques.
    Son "Happy hour" est la plus belle chanson écrite à ce jour après des attentats. "Ce soir Paris a l’alcool triste". Toujours des mots simples qui font mouche, le talent d’écriture de Biolay est immense.
    Son talent de compositeur, même pas la peine d’épiloguer..
    La Mémoire et Sur la comète sont des bijoux.
    Encore, encore, chantée sur scène avec Chiara et leur complicité, c’est jouissif.
    Roma devrait être le tube de l’été, si les radios jouaient le jeu (je vais rester correcte)....
    Volver, une perle.
    Bref...cet album est pour moi, une très belle réussite.
    Et surtout il faut aller le voir sur scène BB, c’est une expérience unique.

    repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)