Accueil > Musique > 2017 > Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

Shearwater - The Sky Is A Blank Screen

lundi 17 juillet 2017, par Marc


S’il est une chose qu’on ne pourra pas reprocher à Shearwater, c’est celle de ne pas occuper le terrain. Depuis leur album Jet Plane and Oxbow de l’an passé, on a en effet eu droit à deux sorties virtuelles d’anciens concerts et une reprise intégrale du Lodger de David Bowie. Et maintenant sort ce live qui témoigne de la pertinence de leurs prestations publiques. Espérons que cette politique soit payante et leur offre la visibilité qu’ils méritent.

Shearwater en concert, on peut dire qu’on sait ce que c’est. Pour les avoir vus neuf fois, c’est à conseiller sans réserve. Et puis alors que le point délicat des groupes est la tenue en live des voix (New Order sort d’ailleurs un live de ces jours-ci, on vous en reparle), on est ici au-delà de tout soupçon. Pour faire simple, Jonathan Meiburg (seul membre invariable d’un casting très évolutif), c’est la classe mondiale. Comme ce live n’est pas issu de la même captation, on peut mesurer l’amplitude des possibilités du garçon, ou alors vérifier sur A Long Time Away à quel point il peut assurer.

En effet, si la plupart des morceaux ont été enregistrés au toujours excellent Crocodile de Seattle (où est située leur maison de disques Sub Pop), on retrouve aussi quelques performances plus intimes. Ce qui nous vaut une version acoustique de Radio Silence qui met bien en évidence que la différence avec les albums précédents tient plus dans le traitement que la composition, comme en témoigne la belle remontée à la fin de Backchannels. D’autant plus qu’une très longue version live de Radio Silence est aussi proposée, renforçant cet aspect kraut qui détonne quand on pense aux débuts folk de la formation.

Cette délicatesse permet aussi de se rendre compte à quel point la production a pris de l’ampleur et cette intimité, il faut l’admettre, nous manque aussi. Fallait-il se passer de la délicatesse de cette version démo à un micro d’Only Child pour proposer le bombastique Pale Kings ?

Finalement, la dernière mouture du groupe (le line-up change beaucoup d’un album à l’autre) s’exprime aussi bien en live, comme toutes celles qui ont précédé du reste, mais l’intransigeance est plus manifeste encore sur scène maintenant. On retrouve donc ici les délires guitaristiques du très tendu Filaments et on constate aussi qu’en sus d’une grande voix, Jonathan a des capacités d’instrumentiste de premier plan. On ne se frotte pas à Bowie sans avoir un bagage suffisant. Ceci dit, ce n’est pas un morceau de Lodger qui figure ici mais Scary Monsters. Bauhaus (groupe qu’on a souvent rapproché du génie anglais) se voit aussi repris. Ces choix sont assez éclairants des aspirations actuelles de la formation.

Coté programmation, il y a peu de survivants des albums antérieurs à Jet Plane and Oxbow. On remarquera bien évidemment un You As You Were plutôt saignant et puis leur immortel Rooks qui pourra plaire en priorité à ceux qui ne connaissent pas le frisson infini de la version originale. Certes, remplacer la trompette originale par une guitare fonctionne mais cette combustion lente, cette formidable propension à entretenir la tension sans jamais la soulager par un climax est moins présente. Ils ne revisitent clairement pas le backcatalogue, n’attendez donc pas un best-of qui constituerait une bonne introduction à leur discographie. On ne va pas se mentir et faire semblant que leur discographie évolue dans le sens espéré mais on les suit tout de même. Au final, Shearwater se profile comme une des plus pertinentes formations rock actuelles. Rien que ça.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)

  • Shearwater - Rook (mostly) solo in London, 2018

    On ne peut pas vraiment dire que Jonathan Meiburg soit quelqu’un de vénal. Il a même dû faire appel à l’équipe pour boucler la tournée des excellents Loma. Donc, s’il multiplie les sorties, ce n’est pas pour occuper le terrain. De plus, les bénéfices des ventes (en numérique et sur Bandcamp exclusivement) iront à l’International Rescue Committee qui soutient et défend les réfugiés partout dans le monde. A priori, cet enregistrement acoustique de l’album Rook (dix ans déjà pour cette merveille) par Jonathan (...)

  • The National - Boxer Live In Brussels

    Quand une critique tarde, ce n’est pas trop grave, l’album a une certaine durée de vie et la disparition presque complète de ce qu’on a appelé la blogosphère musicale rend encore moins impérieux le besoin de publier vite. Si on essaie de se conformer tant bien que mal au calendrier des sorties, on n’y colle pas au jour près. Par contre, une fois passé le lendemain d’un concert, on estime que c’est trop tard. C’est pour ça que vous n’avez pas eu droit au compte-rendu de la prestation de The National à (...)

  • Will Butler - Friday Night

    Sans doute pour échapper aux stades auxquels Arcade Fire se destine, Will Butler décide de défendre son album sorti l’an passé en investissant des clubs pour un show qui repose en grande partie sur la connivence avec le public. Le résultat a évidemment un gros potentiel d’amusement qu’Arcade Fire n’a plus. La preuve par ce Friday Night qui est une captation live d’une performance du turbulent petit frère de Win, l’inamovible leader avec sa femme Régine Chassagne du désormais hénaurme groupe de (...)