Accueil > Critiques > 2017

Bodies of Water - Spear in the City

lundi 2 octobre 2017, par marc


Si on ne devait dégager qu’un bénéfice collatéral à la déception d’Everything Now d’Arcade Fire, c’est celui de mettre en lumière la réussite d’autres groupes. On avait identifié ainsi une envie supérieure sur LCD Soundsystem et les qualités mélodiques et de sincérité du quatrième album de Bodies of Water nous rassurent et nous réjouissent parce qu’elles gardent le lien qu’on avait avec la formation californienne.

Bodies of Water pratiquait sur ses deux premiers albums une musique folk plutôt beuglée et qui fonctionnait vraiment parce qu’ils arrivaient à nous convaincre de leur sincérité. Il y avait aussi un sens mélodique assez renversant pour que ces chansons deviennent presque toutes des hymnes. On avait déjà connu un point d’inflexion chez eux avec un Twist Again qui avait plu malgré une constance en léger retrait. On les avait un peu perdus de vue, il faut être honnête mais on ne les avait définitivement pas oubliés même si le contexte

Pour simplifier, on pourrait dire que leur quatrième album propose une sorte de synthèse de leur deux façons. De leur première restent les voix toujours à l’unisson, une grande lisibilité (la belle simplicité de la plage titulaire) et un talent mélodique assez hors norme (Echoes) et constant. De leur évolution ressentie avec Twist Again ils ont gardé une réserve qui tranche avec le caractère échevelé de leurs débuts, ce qui leur permet de petits hymnes intimistes (Here Among You), d’oser la syncope sur Hold Me Closer et de rendre New World bien lancinant.

I’m Set Free liste des styles musicaux dont le chanteur semble se libérer. Et il faut constater, notamment sur cette bien jolie chanson qu’ils arrivent à s’affranchir des étiquettes. Ça reste de la musique pop dans son acception accessible mais le plus important, c’est qu’ils ont gardé cette propension à nous livrer de bons morceaux. A cette aune, on ne remarque même pas de baisse de niveau.

Même si on n’a jamais écouté de mauvais album de la part de la formation californienne, la surprise de cette quatrième livraison est tout de même bonne. Les marqueurs forts du début, l’époumonnement permanent ne sont plus de mise, certes, mais les voix à l’unisson et le sens mélodique jamais pris en défaut sont toujours là. De quoi leur conférer un statut à part sur une scène folk qui doit compter sur de fortes personnalités pour se distinguer du tout-venant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)