Accueil > Critiques > 2017

Ramona Falls - Coils

jeudi 19 octobre 2017, par marc


La fange la plus jeune de ce lectorat (existe-elle du reste ?) pourrait ne pas se souvenir de cette chose étrange et protéiforme qu’on a autrefois appelé la blogosphère. Ensemble hétérogène de bloggeurs qui ne s’étaient pas encore réfugiés sur les réseaux sociaux, ils pouvaient se rassembler le temps d’un projet. Il y eu ainsi un classement des bloggeurs et le premier lauréat fut Ramona Falls. Autant dire que dans ce petit monde des amateurs d’indie de la fin des années 2000, le projet de Brendt Knopf avait la cote. On est donc assez surpris de la discrétion de cette sortie.

Knopf nous avait déjà enchanté avec Menomena (qui a continué sans lui tout en restant intéressant) et nous est aussi revenu avec Matt Berninger (la magnifique voix de The National) sous le nom d’EL VY. Mais c’est une autre histoire.

On avait largement apprécié son précédent Prophet et on retrouve en effet pas mal de choses qui en ont fait le sel. Prayers nous fait revivre ce goût de la syncope, ces morceaux hachés et fluides à la fois. On retrouve donc des soubresauts, de la tension, une batterie aux aguets, de la luxuriance. Et un peu plus de corps sur Which Side Are You On ? Il faut donc attendre le quatrième morceau pour trouver ce qu’on est venus chercher.

On est revenus aussi pour un I Wish I Could en apesanteur, avec une mélodie qui frappe juste. Et dans le détail, il se permet de courts intermèdes au piano pour aérer un ensemble qui n’était du reste pas étouffant. On note aussi de judicieux violons synthétiques (Come Pick Me Up). Le hasard met cet album sur notre route en même temps que celui d’un autre ancien collaborateur (certes plus occasionnel) de Menomena : Joe Haege en tant que White Wine qui en comparaison semble plus intransigeant et saignant. Mais bon, les deux ont leur charmes qu’il serait malvenu de bouder.

Evidemment, plus de dix ans après la découverte de Menomena, un nouvel album de Ramona Falls ne nous prend plus par surprise. Mais s’il y a moins de moments transcendants, on prend toujours du plaisir à le retrouver.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)