Accueil > Critiques > 2017

Stars - There Is No Love In Fluorescent Light

lundi 27 novembre 2017, par marc


Voilà encore une formation qui nous est chère, une valeur refuge pour trouver un cocon. Cocon qui dans leur cas est aussi musical. On vous avait déjà parlé du confort qu’ils inspirent et ils n’ont pas dévié de cette ligne sur leur huitième album.

Ils sortent d’emblée de leur coquille sur Privilege entamé dans la délicatesse et livrent déjà le meilleur morceau de l’album. Parce qu’ils peuvent aussi flirter avec la ligne rouge (la mienne est franchie avec Real Thing), être lisse malgré leur engagement (Alone) et rester à deux doigts du mainstream (Losing To You). Ce qui n’empêche pas la langueur, bien au contraire, voire quelques poussées de fièvre bienvenues, ils ne sont jamais aussi fort que quand ils poussent.

Les deux voix sont toujours aussi assurées et douces à la fois, celle de Torquil Campbell est toujours aussi proche, étonnamment intime et familière même quand il s’acharne sur The Maze. Comme toujours, ça passe sur la force et la conviction (Fluorescent Light).

Stars garde donc une place à part, parce que même s’ils ont émergé à la même époque avec la même provenance, ils n’ont jamais eu le ‘grain’ indie d’un Arcade Fire ou Wolf Parade. Leur truc, c’est plutôt l’émotion évoquée par les deux voix pourtant pas spectaculaires mais évocatrices, les phrases répétées comme des mantras et une promesse de douceur ouateuse toujours tenue.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)