Accueil > Musique > 2018 > L’Impératrice - Matahari

L’Impératrice - Matahari

lundi 5 mars 2018, par Marc


On avait été bien secoués par le single Matahari qui était sorti de nulle part, un dimanche soir que rien ne semblait devoir remuer. C’est là qu’on a repris connaissance avec L’Impératrice qui avait déjà sorti quelques EP . Voici donc un vrai album. Par la longueur bien entendu mais aussi par la sensation qu’on a une entité réfléchie comme un album.

Ce mystérieux sextette parisien signé par microqlima(Isaac Delusion qui s’invite sur le plus léger Dreaming of You, Pépite) a en tous cas le bon goût de ne pas essayer de retenter le coup sur d’autres morceaux au risque de faire moins bien. L’introduction est instrumentale comme il se doit. C’est solide, bien charpenté mais n’est qu’un amuse-bouche assumé. On y retrouve une certaine idée du groove à la française. Celle qu’on avait beaucoup aimé chez VKNGpar exemple, ainsi que des échos plus lointain d’une French Touch qui oserait frayer avec la chanson. Il y a un art français de la basse, sachez-le.

Laquelle prend vraiment de la hauteur avec la basse monstrueuse de Matahari, morceau post-disco qui claque comme peu d’autres. Et ils enchaînent sur Paris, presque easy-listening. Mais, presque étrangement, ça marche et l’ambiance feutrée mais relevée continue sa tranquille installation. Ce qui fait un gros cocon sonore à Erreur 404 et empêche l’ennui mou des Brigittes par exemple

La voix féminine est bien en place, avec une grande amplitude mais étrangement on la ressent comme celle d’une choriste tant elle semble faire corps avec la musique alors que la plupart des chanteuses solistes n’ont pas ce niveau. Elle a ce qu’il faut de candeur et de douceur pour instiller une belle langueur sur Vacances

Entre ballades faussement dilettantes et gros groove, l’album de L’Impératrice trouve un équilibre pour s’écouter d’une traite et souvent. La maîtrise est poussée, et si on était venus pour du gros son, on est restés pour cette douceur fondante. Il faut parfois forcer l’été, c’est ce qu’on peut faire ici.

Edit 19/03/19

Une fois n’est pas coutume, on s’offre une relance pour une double raison. Tout d’abord, l’album est en écoute sur bandcamp et c’est toujours un plaisir de se frotter à l’intégralité d’un album pour découvrir un univers. Tant qu’à découvrir l’album, autant le faire via la toute nouvelle mouture à 27 titres sortie ce 1er mars.

On a logiquement droit à une poignée de remixes. Par exemple, ce que fait Patchworks de Matahari est bien convaincant, tout en oblitérant au passage l’hénaurme basse. Certains mixes la mettent logiquement plus en avant Red Axes remix). On retrouve aussi aux manettes d’une des relectures un certain Joe Goddard (de Hot Chip tout de même) qui prend la parfaite mesure d’Erreur 404 et l’accélérant et en augmentant le son.

Ils ont fait des version anglaises de trois morceaux pour tourner aux Etats-Unis (où l’album sort le 4 avril) et ils tiennent la rampe de la transposition. Mais le produits d’appel est sans doute la collaboration avec Lomepal qui rappe sur Là-Haut.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)