Accueil > Critiques > 2018

Efrim Manuel Menuck - Pissing Stars

mercredi 21 mars 2018, par marc


Efrim Manuel Menuck est une vieille connaissance. Le Montréalais est en effet à la manœuvre chez Silver Mt Zion et Godspeed You ! Black Emperor. Sur la pochette on retrouve une photo visiblement argentique à gros grain et cet album sort sur le label Constellation. Pas de doute on est en terrain connu pour ceux qui connaissent les deux formations susmentionnées et qui devraient logiquement constituer le gros du contingent des auditeurs de ce Pissing Stars.

Etre seul à la manœuvre lui permet aussi de pousser encore plus loin la noirceur des thèmes et des titres. Il garde bien évidemment le son très reconnaissable de sa guitare, c’est un des marqueurs forts de son style. Mais d’une manière générale, le ton est moins lyrique et plus atmosphérique que ce que produisent ses deux formations de base. Black Flags Ov Three Holy Sonne est un morceau qui aurait pu entamer les hostilités d’un album de Silver Mt Zion. Il n’accélère jamais mais les couches se superposent, s’entrecroisent et finalement se densifient. Tout comme l’initialement plus évanescent The State And Its Love and Genocide (on vous avait dit que les titres n’étaient pas riants).

Il privilégie donc les pièces instrumentales confinant au drone qui démontrent sa maitrise dans l’installation d’ambiances. Un peu anxiogènes, certes, mais pas étouffantes non plus. La succession de plages certes denses mais aussi avec moins de relief pourra rebuter. Mais le meilleur est rassemblé sur la fin de l’album, comme une fausse lueur d’espoir ou un vrai ballon d’oxygène. Avec A Lamb in the Land of Payday Loans qui enfin fait appel au chant qui pour le coup pourra faire penser à celui de Win Buttler (Arcade Fire), le beau The Beauty Of Children And The War Against Them et les grands espaces pour Pissing Stars

Au final, ce Pissing Stars suffisamment différencié de ceux de Godspeed et Silver Mt Zion est forcément moins ample mais fait la part belle aux structures et montre à quel point l’apport du Montréalais est important dans ses deux formations.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)