Accueil > Critiques > 2018

Lebanon Hanover - Let Them Be Alien

lundi 9 avril 2018, par marc


Il y a ceux qui basent leur musique sur la nostalgie et d’autres qui assument carrément leur ras-le-bol du son trop moderne et gonflé. C’est ainsi que se sont rencontrés Larissa Iceglass et William Maybelline qui sortent leur cinquième album en tant que Lebanon Hanover. Leurs deux voix se font entendre ici et on peut dire qu’on préfère celle de la femme parce qu’elle est belle et profonde surtout, parce qu’elle est bien moins affectée ensuite. Coup de bol, elle est bien plus présente, ce qui donne à sa voix à lui un habile contrepoint (il n’est pas interdit de pense à Fields of the Nephilim sur Silent C). Quand elle chante en Allemand, c’est forcément bien dans le ton, tout comme on l’a entendu chez unhappybirthday. Ce genre s’accommode donc de bien des langues comme on l’a constaté chez Utro récemment.

Une basse jouée en bas du manche, des pédales chorus et flanger comme à l’époque. Celle des années ’80 s’entend. Parce que tous les marqueurs sont là, pour le meilleur sans doute. Lebanon Hanover n’avance pas masqué et si on ne va pas faire semblant que le style du groupe est bien nouveau (c’est même une de leurs revendications), on ne peut que constater que c’est très bien fait et livré avec sincérité.

Ils ajoutent alors leurs ingrédients propres comme un peu de sax inquiétant ou le chouette gimmick discret de True Rom. Ils étalent aussi leur palette de l’impeccable langueur lente de Favorite à la transe robotique de Du Scrol. Sur Lavender, la petite guitare nous renvoie aux belles heures de The Organ. Si vous vous endormez en tenant le vinyle de Seventeen Seconds ou de Faith contre votre cœur, ceci est forcément pour vous et est un conseil indéniable.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)