Accueil > Critiques > 2018

Mount Eerie - Now Only

mercredi 11 avril 2018, par marc


Pour écrire valablement sur un album, il faut écouter, encore et encore, pousser loin la connivence avec l’artiste et puis on écrit sur la musique parce qu’on aime l’écouter. Donc quand une œuvre est rétive à l’écoute, elle ne débouche jamais sur un article. Sorti après le décès de sa femme Geneviève A Crow Looked at Me montrait le désarroi du tellement attachant Phil Elverum. Je l’avais écouté, la gorge nouée mais c’était tellement sincère, tellement désarmant et au premier degré, le souvenir de l’écoute était tellement fort que je n’y suis plus revenu.

Cet album se place dans la lancée (si on peut dire) du précédent, un peu plus tard forcément, et on suit avec douleur le deuil. Il peut maintenant revenir sur des souvenirs heureux (Tintin In Tibet) et parler du présent.

Ce qui faisait le sel de Mount Eerie, ce sont surtout les textures sonores, une maîtrise du chaos qui nous a valu deux des meilleurs albums de 2012. La forme est ici bien plus simple et on ne retrouve que quelques traces de vrombissement sur le bien nommé Distorsion (onze minutes tout de même). Now Only propose aussi une très légère hausse de tempo mais il faut être très attentif pour retrouver ces moments. La mélodie n’est qu’un vague prétexte. Si la langue anglaise n’est pas votre truc, ce n’est sans doute pas le conseil du moment. Parce que ce sont les mots, justes et forts qui toucheront.

Plus que magnifiques dans l’absolu, ces deux albums sont trop frontalement sincères pour moi, avec trop peu de musique pour trop de mots. S’ils confirment le talent de Phil Elverum, on est certains de ne pas y revenir, parce qu’ils sont finalement pesants et que ce qui nous attachait à Mount Eerie, ce mélange intense, dense et puissant musicalement n’est pas là.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)