Accueil > Musique > 2018 > Jawhar - Winrah Marah

Jawhar - Winrah Marah

vendredi 20 avril 2018, par Marc


L’obstacle de la langue n’en est jamais vraiment un en musique. On vous a parlé du Russes d’Utro, du Lituanien d’Alina Orlova et on ne va pas faire semblant qu’on comprend mieux ceux qui ont décidé de s’exprimer en Allemand. Du reste, on sait que très peu d’auditeurs s’intéressent au contenu sémantique de l’hégémonique musique anglo-saxonne. L’emploi de la langue Arabe par le Tunisien d’origine Jawhar Basti est donc une particularité. Mais il dépasse de loin l’anecdote parce que la musicalité de cette langue est vraiment particulière, surtout dans ce contexte.

Le pitch facile et choc pour son formidable second album Qibla Wa Qobla était de présenter une sorte de Nick Drake des Sables. Cette étiquette bien pratique et finalement méritée semble moins bien adhérer à cet album. On y retrouve en effet moins de folk mélancolique, plus de syncope et de nombreux présentant deux visages, plus intime et plus ample.

N’attendez donc que peu de couleur locale, de gammes ‘orientales’, de quarts de tons. Le chant, les histoires, souvent sous forme de conte sont suffisantes pour assurer la singularité en sus de l’emploi de la langue elle-même. Les bonnes idées ne sont cependant ni nécessaires pour faire de la bonne musique et on sait depuis le magnifique qu’on peut compter sur de grands morceaux. On a pu entendre ces titres en mode acoustique, c’est-à-dire sans les occasionnellement puissants arrangements et cet impitoyable crash-test était convaincant. De quoi nous laisser revenir vers cet album en toute quiétude et de quoi aussi nous convaincre qu’il y a plus que de l’écriture là-dessous.

On notera aussi une basse assez présente (Winrah Marah), des cordes soyeuses pour densifier la seconde partie de Bik Ndour. On fond donc pour la mélodie fraîche de Soutbouk. Ce petit arpège sur lequel le reste vient en renfort est irrésistible. On cède aussi volontiers pour le petit piano pour Wena Wena Mechi et sa magnifique mélodie. Cette invitation au voyage peut prendre des allures de blues dense (Guelou Lmout), d’une belle langueur (Menich Hzin) ou encore de douceur acoustique (Sghar).

Sur un troisième album, on ne peut plus compter sur l’effet de surprise. Et quand l’essai précédent est brillant, le risque de déception est grand. On n’aura pas à déplorer de baisse de régime cependant puisque Winrah Marah se permet de se placer dans la lignée de son prédécesseur en montrant une vraie évolution.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)