Accueil > Musique > 2018 > Jon Hopkins - Singularity

Jon Hopkins - Singularity

mercredi 23 mai 2018, par Marc


La théorie électrique nous apprend que la puissance est le produit de la tension et de l’intensité. On peut dire que la musique de Jon Hopkins maintient le niveau des deux composantes assez haut pour qu’il soit un des plus puissants musiciens de l’époque.

Il y a longtemps qu’on ne vous avait plus parlé de lui d’ailleurs. Evidemment, on vous avait dit tout le bien qu’on pensait de son fantastique album avec King Creosote mais voici une occasion de parler de ce talent. Lequel peut aussi prendre une tournure alimentaire puisqu’il a collaboré à certains Coldplay pas encore embarrassants (Viva La Vida) à l’initiative de Brian Eno.

Dès le premier morceau on plonge de toute façon. On se rappelle pourquoi on aime tant l’Anglais tout comme on avait défriché le genre avec le premier album de Trentemøller il y a dix ans. Mais le son est encore plus travaillé, avec un grain particulier. Le plus complexe Emerald Rush monte en puissance donc, prenant les éléments au vol et les incorporant au fur et à mesure. De même, Neon Pattern Drums part du sol et arrive bien haut.

Clairement pas orienté dancefloor, il n’en garde pas moins de fameux moments d’euphorie (Evrything Connected). Les relances en type minimal qui fonctionnent en plein grâce à une maîtrise rare. Certes, on n’est plus trop au courant de ce qui se passe sur cette scène-là mais je n’ai plus ressenti ça depuis le dernier Stephan Bodzin. On y entend en effet un bouillonnement hallucinant, des effets distillés avec assez de subtilité pour pleinement percoler.

Comme un bon mix, cet album prend de l’ampleur, permet de s’échauffer. Et puis soudainement tout bascule. Après la montée ne vient cependant pas la descente mais un retour au niveau de la mer pur et simple. Il relâche la pression sur une pièce ambient qui prouve que bon, il n’est pas un simple Moby mais un artiste au sommet de son game. Sorti du contexte de l’album, C O S M pourra paraître plus léger que le reste mais c’est en tant que respiration qu’il s’impose, surtout qu’il comporte une montée en bonne et due forme. La fête se termine donc un peu abruptement même si on aurait du mal à imaginer une alternance entre les deux ambiances.

Il peut en effet laisser le piano presque seul sur Echo Dissolve. Luminous Beings est lui moins contemplatif. Sans reproduire la déferlante d’émotions de la première partie de l’album, il n’en garde pas moins une belle palette sonore et ne se départit jamais d’une variation continue.

Une belle montée et une longue descente, voilà le parcours de cette grosse étape de montagne proposée par le maillot à pois Jon Hopkins. Si vous faites partie de ceux qui veulent savoir qui sont les maîtres de genres que vous n’écoutez pas forcément, il faut se frotter à ceci pour voir ce qui peut se faire de bon en electro contemporaine. Très accessible et montrant deux faces bien distinctes (un long et puissant crescendo techno et une descente ambient), ceci est un des hauts faits de l’année tout simplement malgré son étrange et frustrant séquencement.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Jon Hopkins - Singularity 29 mai 2018 21:21, par Laurent

    "Maillot à pois", haha, excellent. Je préfère (aussi ?) la face A, mais c’est globalement un des hauts faits de 2018, right. Bon ben je vais rattraper ce dernier Stephan Bodzin alors...

    repondre message

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)