Accueil > Musique > 2018 > Glass Museum - Deux

Glass Museum - Deux

mardi 29 mai 2018, par Marc


On n’aime pas être déçus. Ainsi quand on reçoit la version complète de ce qu’on ne connaissait par bribes, on espère que le tout sera conforme à ce qu’on a apprécié en extrait. Et dans le cas du duo Glass Museum (Martin Grégoire et Antoine Flipo), une dose plus copieuse vient confirmer tout le bien qu’on pensait de la formation tournaisienne.

Glass Museum est un morceau de Tortoise et ce n’est sans doute pas un hasard. Mais n’allez cependant pas chercher des ressemblances trop hâtives avec ce que fait la fameuse formation post-rock américaine. Certes, ceci est de la musique instrumentale (ce qui n’est pas le genre qui favorise le succès mainstream ni les passages en radio) mais si on flirte souvent avec le jazz, ce n’est qu’une des composantes d’un mélange occasionnellement puissant. Sur Tribal Coffee ils mêlent en tous cas les deux, aidés par la trompette de Martin Pichault Les cuivres complètent d’ailleurs admirablement Shadow’s Faces qui voit l’album monter d’un cran avec ce second morceau.

On ne parlera pas vraiment de post-rock ici puisque très peu des poncifs du genre ne sont présents mais c’est juste une étiquette réductrice pour ce mélange d’organique et d’électronique exécuté avec plus que de la maîtrise. Le mélange d’un clavier et d’une pulsation bien présente pourra plaire à ceux qui aiment les 65 Days of Static récents et veulent un peu plus de subtilité au détriment de la force de frappe brutale. D’ailleurs, le jeu de clavier de très haut niveau et très présent, ce qui promet en live.

Plus déconcertante a priori est leur propension à frayer avec le côté léger de la force. Sur WU, les moments plus forts contrastent en effet avec un début plus easy-listening (toutes proportions gardées). Waves est quand même très proche d’un générique seventies avant de libérer les watts et entrer dans une autre dimension. Cette musique prend évidemment tout son sens dans les contrastes et les variations, balayant sur un morceau comme Electric Silence un bien large spectre.

Au final, ce court album (dosage optimal pour maintenir le niveau) sorti chez Jaune Orange montre un très bon potentiel et un large spectre. Sauf si le concept même de musique instrumentale vous rebute, Glass Museum est une découverte à faire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)