Accueil > Musique > 2018 > Olivier Savaresse - Le Courage Des Innoncents

Olivier Savaresse - Le Courage Des Innoncents

jeudi 31 mai 2018, par Marc


Oui, on vous avait déjà parlé d’Olivier Savaresse, de son univers musicalement riche et de ses mots déroutants. On est donc bien content de le retrouver en gardant intact le plaisir de la surprise. Parce que s’il y a des traits communs avec son exercice précédent, ils semblent s’incarner dans un amour assez fort de la tangente.

A chaque fois qu’on pense avoir compris, on tourne à droite ou à gauche avec une belle santé. Le thème assumé est donc selon ses propres termes le courage des innocents, c’est à dire du courage des victimes innocentes d’actes violents perpétrés par des gens qui veulent imposer par la force leur vision du monde. Cette intention se traduit d’abord dans un récit de voyage, distillé dans un style au vocabulaire fort riche et occasionnellement abscons, comme une narration du XIXème siècle d’un explorateur tombant amoureux d’une beauté exotique dont la tribu est soumise à des tribulations. Et puis quand on pensait avoir affaire à un album concept, il s’en échappe et se lance dans de bien marrantes (et débitées avec un sérieux de pape un peu narquois) considérations scientifiques sur des sujets aussi variés que la théorie des ensembles ou le concept de voix.

C’est pertinent sous deux aspects. Tout d’abord pour apporter de la variété. Ensuite pour couper court à une comparaison parfois inévitable avec Serge Gainsbourg. Par exemple, la mélodie de La Langue fera immanquablement penser à Marylou Sous La Neige et les grands albums orientés autour d’un thème (L’Homme à Tête de Chou) sont des références assez claires.

Musicalement, on reprend contact avec son groove dès le second morceau et ce sont de bien agréables retrouvailles, il se mêle toujours fort bien à son récit. La Voix propose aussi une bien belle accélération (et quelques extraits de radio) et on notera les guitares acides de L’Infini ou la très belle mélodie d’Un Jour Prochain.

On le voit, s’il existe occasionnellement des rapprochements assez évidents, la patte d’Olivier Savaresse reste bien personnelle et trouve le bon ton entre la distance et la virtuosité des notes et des mots.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)