Accueil > Critiques > 2018

Exitmusic - The Recognitions

vendredi 8 juin 2018, par marc


La longévité de ce site due à l’entêtement de votre serviteur permet au moins une chose, le suivi de carrières connaissant de longues interruptions. Il a ainsi fallu attendre six ans pour le que le très séduisant Passage trouve un successeur et on peut dire qu’ils ont repris les choses en l’état sans changer ce qui marchait déjà.

Exitmusic est la musique d’un duo qui est aussi un couple dont la voix d’Aleksa Palladino (également actrice vue notamment dans la série Boardwalk Empire et actuellement en tournage avec Martin Scorsese) est la composante la plus distincte. Étrangement, cette musique semble éluder le spectaculaire. Il y a pourtant de l’accélération, la voix se fait tour à tour caressante et éructante mais ne perce volontairement pas le vernis d’un son travaillé et épais. C’est donc de la dream-pop si vous voulez, un peu sombre sur les bords.

On le sent dans la propension des morceaux à présenter deux visages, les densifications (Closer) ne prenant que plus d’ampleur. Iowa partait comme un morceau en demi-teinte et puis, sans qu’on ne comprenne comment, se hisse à des sommets insoupçonnés sans effets de manche. Ils peuvent ainsi instiller un peu de lourdeur bienvenue (I’ll Never Know), quitte à utiliser des synthés ou un peu de distorsion pour laisser sourdre toute la langueur de Trumpets Fade.

On ne va pas exagérer et dire que chaque morceau a captivé à chaque écoute mais la cohérence et la personnalité du duo peut faire la différence. Pas vraiment éthérée et un peu dark sur les bords, la pop dense d’Exitmusic compte aussi sur la personnalité et la versatilité vocale d’Aleksa Paladino pour emporter la mise.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)