Accueil > Critiques > 2018

Exitmusic - The Recognitions

vendredi 8 juin 2018, par marc


La longévité de ce site due à l’entêtement de votre serviteur permet au moins une chose, le suivi de carrières connaissant de longues interruptions. Il a ainsi fallu attendre six ans pour le que le très séduisant Passage trouve un successeur et on peut dire qu’ils ont repris les choses en l’état sans changer ce qui marchait déjà.

Exitmusic est la musique d’un duo qui est aussi un couple dont la voix d’Aleksa Palladino (également actrice vue notamment dans la série Boardwalk Empire et actuellement en tournage avec Martin Scorsese) est la composante la plus distincte. Étrangement, cette musique semble éluder le spectaculaire. Il y a pourtant de l’accélération, la voix se fait tour à tour caressante et éructante mais ne perce volontairement pas le vernis d’un son travaillé et épais. C’est donc de la dream-pop si vous voulez, un peu sombre sur les bords.

On le sent dans la propension des morceaux à présenter deux visages, les densifications (Closer) ne prenant que plus d’ampleur. Iowa partait comme un morceau en demi-teinte et puis, sans qu’on ne comprenne comment, se hisse à des sommets insoupçonnés sans effets de manche. Ils peuvent ainsi instiller un peu de lourdeur bienvenue (I’ll Never Know), quitte à utiliser des synthés ou un peu de distorsion pour laisser sourdre toute la langueur de Trumpets Fade.

On ne va pas exagérer et dire que chaque morceau a captivé à chaque écoute mais la cohérence et la personnalité du duo peut faire la différence. Pas vraiment éthérée et un peu dark sur les bords, la pop dense d’Exitmusic compte aussi sur la personnalité et la versatilité vocale d’Aleksa Paladino pour emporter la mise.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)