Accueil > Critiques > 2018

Ella/Foy - Walking In The Space

jeudi 26 juillet 2018, par marc


A l’instar du chanteur des excellents Pépitedont la voix peut malheureusement rappeler celle de Jean-Louis Aubert, j’avoue m’être surpris à penser que celle de la chanteuse Hélène (non, pas celle de la sitcom…) est proche de celle de Zaz. Mais si cette dernière me donne l’envie d’organiser sa rencontre avec une pelle à neige, ce qu’on entend ici s’en éloigne sensiblement. Fort heureusement d’ailleurs parce que cette voix tient les avant-postes. Avec accent raisonnablement frenchy et une voix plutôt groove qui sait prendre ses aises dans ces atours, elle sait capter l’attention tout au long du premier album du duo français.

On retrouve aussi avec plaisir l’emploi de leur langue maternelle et cette variété est bienvenue. Il y a surtout ces Envolées Sauvages qui sont la carte de visite de ce premier album (après 3 EP), notamment grâce à ce très beau clip qui sert de publicité pour le festival du film d’aventures de La Rochelle.

Musicalement parlant, tout ceci reste assez simple et direct, éloigné de tout ostentatoire et esbroufe. Mais cette base se voit souvent renforcée, par un peu d’orgue (Rock In My Shoes) ou d’harmonica. C’est celui de Bruno Tredjeu et le résultat est proche de ce qu’on apprécie chez Moriarty. Pour le reste, ils leur faut peu de chose pour être à la fois groove et acoustique (How Would It Be, Red) et on constate soit un bien bel engagement (I Don’t Wanna Work) soit une prenante intimité (Last Goodbye). Donc ce premier album imprégné de voyage se révèle de plus en plus attachant au fil des écoutes.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)