Accueil > Critiques > 2018

Indridi - Ding Ding

lundi 3 septembre 2018, par marc


Islande est terre de paysages somptueux (sur photos, faute de m’y être rendu en vrai) et d’artistes intenses et singuliers. On le sait, ça se confirme. Issu de la formation punk-hardcore Muck (inconnue de mon bataillon), Indridi se profile en effet comme le prolongateur d’une belle lignée. De deux lignées, si on veut aussi l’inclure dans une informelle école récente qui mêle la simplicité des compositions d’influence folk et un certain goût de l’intensité sonore.

La première inclinaison se retrouve ici dès le premier morceau qui commence en picking délicat. On retrouvera cette veine sur les morceaux les plus dépouillés comme Amy, Summermania ou Hvorteder chanté dans sa langue natale (Haloween semble chanté en Islandais). On nous cite Bonnie ’Prince’ Billy ou Sun Kil Moon. Je veux bien comprendre la filiation mais ce ne sont pas les amateurs de folk épuré qui seront le plus à la fête ici.

Parce que ces morceaux peuvent aussi prendre de l’ampleur comme Amma qui entame cet album. On pense alors à ce que font des artistes comme Ed Tulett ou Novo Amor ensemble ou séparément. Mais si ces derniers privilégient la délicatesse et l’apesanteur, Indridi pousse le curseur soit vers plus de dépouillement (quelques notes de clavier suffisent parfois) ou même plus de bruit, le fuzz étant de sortie sur le second morceau et les arpèges électriques zébrant le très beau Tinder. On retrouve sur ce morceau et d’autres (ADHD) la sombre tension qu’on avait tant aimée, jadis, sur le premier album de Joseph Arthur.

Il existe maintenant toute une série d’artistes qui arrivent à mêler la délicatesse acoustique et une certaine force électronique ou électrique. Le mélange semble tellement compliqué à réaliser et est gratifiant à chaque fois. Donc, au-delà des esprits curieux, c’est surtout aux amateurs de belles choses qu’on conseillera Indridi. Dans un monde idéal, ça fait beaucoup de monde.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)