Accueil > Critiques > 2018

Simawé - Walk For a Kid

mercredi 3 octobre 2018, par marc


Il n’est jamais trop tard pour s’ouvrir. Les musiques ensoleillées, métissées ou simplement chaloupées n’ont pas beaucoup droit de cité ici. Tout simplement parce que ce n’est pas ce que j’écoute et c’est une limitation sans doute inévitable pour un site à rédacteur unique.

Mais parfois, l’effort (minime) est récompensé. Partant de l’idée que pour parler valablement de quelque chose il faut l’écouter beaucoup, on sait vite si on a envie de passer du temps avec des artistes. Alors que leur sphère semblait être fort éloignée de la mienne, il y a eu une connivence assez rapide avec le groupe d’Angers. Formé d’un chanteur-batteur entouré de quatre guitaristes, ils proposent en tout cas un album fort solide et une tracklist généreuse. Une fois qu’on connait ce line-up, on distingue en effet plusieurs sons distincts qui s’agglomèrent en une belle harmonie.

C’est logiquement quand ils se font plus directs (Hard To Say) qu’ils sont le plus percutants, sachant qu’il est plus facile de tenir quand le rythme est maintenu (Sooner or Later, Black Bird). C’est pour ça que les écoutes peuvent se multiplier sans problème.

Il y a évidemment des notes de musique du monde sur Mama Goes avec une basse bien charpentée. Elles sont bien intégrées en tous cas, tout comme le violon sur Maria. Evidemment je suis un peu moins client quand le curseur passe au reggae (Morning In The World), même s’il faut convenir que c’est très estival. Pure question de goût personnel donc. Le chaloupement est réussi (Walk For a Kid), c’est bien logique.

Le chanteur prend un pseudo-accent jamaïcain sur Lost At Sea ou Mama Goes. En fait, c’est une façon de contourner le problème de l’accent frenchie et vu le genre pratiqué, c’est très bien vu.

Cet album solide et riche dans ses influences bien intégrées ne pourra que ravir ceux qui fréquentent des festivals comme La Sémo ou Esperanzah, et pourra pour les autres constituer une bien agréable respiration.

L’album est en écoute gratuite ici :
https://www.simawe.com/#albums

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)