Accueil > Musique > 2018 > Club Cactus - Club Cactus

Club Cactus - Club Cactus

lundi 15 octobre 2018, par Marc


Les bons concepts ne suffisent jamais à faire de bons albums mais une bonne base de départ aide souvent. Ce sont donc deux batteurs qui sont à l’initiative du projet. Jean-Michel Pires (Bruit Noir mais aussi collaborateur de Mendelson, Oiseaux-Tempête et Sebastien Schuller) et Anthony Laguerre (Noctura, Filiamotsa) ont une belle carrière déjà mais surtout une bonne bande de potes talentueux rencontrés au fil de leur discographies respectives.

On retrouve donc une foule d’invités dont G.W. Sok, initialement du groupe batave The Ex mais qu’on avait aussi retrouvé sur le très bon second album de Filiamotsa. Comme avec le groupe de Laguerre, il vient poser sa voix et sa conviction. Son Rue de Seine joue beaucoup sur la répétition, avec une histoire d’amour parisienne. Ou du fantasme des amours françaises contrariées (la faute à leur verbeux cinéma d’auteur sans doute).

Deux batteries, ça permet de moduler une pulsation et une accélération en même temps pour apporter variation et intensité. Le résultat est vraiment convaincant sur Extremophile qui profite aussi d’un simple arpège pour décoller. Le rythme est très présent mais ce n’est pas une démonstration de force de batteurs. C’est en effet la scansion qui porte Religion. Il y a aussi du chant (Beautiful Again) et c’est ce qui s’éloigne le plus du concept de base. Le résultat garde de la tension et la voix de Benoit Burello est suffisamment élastique pour assurer le grand écart.

Ce qui rend aussi cet album finalement facile d’accès. Evidemment, certains morceaux sont plus bruts (Burn It All) ou rentre-dedans (Club Cactus). On n’est pas loin des délires de Battles (ou du math-rock en général), l’implacable rigidité rythmique en moins.

L’album prend encore une autre dimension sur la fin et l’emploi du français. Pascal Bouaziz de Mendelson est forcément à son aise dans l’exercice et en profite pour pousser le bouchon encore un peu plus loin sur l’assez hilarant La Culture. Le morceau final, Une Cigarette avec l’actrice Marie Cambois est quant à lui une grosse claque entre intensité et rythme.

Une bonne collaboration réclame de bons collaborateurs, c’est une vérité qui réclame aussi une bonne idée de base. Voilà un album qu’on a envie de défendre. Parce qu’il repose sur un concept fort (deux batteries et des intervenants vocaux) et des comparses de première bourre. Parce qu’il frappe comme peu de formations actuelles, parce qu’il intrigue toujours et enchante souvent.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)