Accueil > Critiques > 2018

Odd Beholder - All Reality Is Virtual

vendredi 19 octobre 2018, par marc


Odd Beholder est un projet de la suissesse Daniela Weinmann (de Zurich) dont on avait déjà entendu quelques prometteurs singles et EP’s. Pas suffisant pour garantir que cet album tienne ses promesses, mais l’attente était attisée. Il y avait d’ailleurs des remixes de The/Das et Hundreds à la clé. On est donc en famille, celle des artistes à la haute compétence, distillant sons et beats en connaissance de cause. Elle se montre en tout cas digne de la lignée à laquelle on peut aussi associer Moderat (patent sur la fin de Not The Sun)

Dans le résultat, on n’est pas loin de Bat For Lashes (l’élasticité vocale de The Likes Of You), sans la maestria sans doute mais la voix est belle et sans affect. Spécialement quand elle prend plus de place sur le single à la douce mélancolie Loneliness. Discrète et efficace, plutôt poussée en avant dans le mix.

Musicalement cependant, on est dans un registre plus électronique et plus léger, culminant avec le pop All Reality Is Virtual qui coule dans l’oreille avec une belle facilité, distillant une belle intensité sans jamais avoir l’air d’y toucher. Uncanny Valey dégage les mêmes charmes. Il a fallu multiplier les écoutes pour apprécier pleinement cet équilibre, cette sensation que ça ne pourrait pas être différent. Numbered Days peut quant à lui se poser comme une version légère de l’intensité suprême de Soap & Skin.

Léger et un peu synthétique, impeccablement chanté et mis en son, ce premier album de Daniela Weinmann se présente comme une friandise pas trop sucrée, une pause qui pourra rappeler quelques artistes plus intenses mais beaucoup plus exigeants pour les oreilles aussi. Donc c’est une alternative qui tient la route et peut s’écouter à l’infini et en tout temps.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)