Accueil > Critiques > 2018

Novo Amor - Birthplace

mercredi 31 octobre 2018, par marc


Les amis de nos amis sont-ils nos amis ? Si l’adage ne se vérifie pas toujours dans la vraie vie, on peut dire qu’il trouve une belle illustration avec Novo Amor. On avait découvert cet artiste (Ali John Meredith-Lacey dans la vie civile) anglais via sa brillante collaboration avec Ed Tullett et on attendait son premier album avec une curiosité non feinte.

Celle-ci n’aura pas été déçue comme on le verra. On avait déjà copieusement apprécié le single et son clip et le niveau est maintenu tout au long de cet album. On est d’emblée mis au parfum avec le très orchestré Emigrate. Il y a plein de cuivres, sans doute pour attirer les amateurs de cette tendance chez Sigur Ros et Jonsi. On est de toute façon en fort bonne compagnie, Birthplace faisant penser à Bon Iver, même si les montées et ruptures sont sensiblement différentes de celles de Justin Vernon. On est quoiqu’il en soit plus proche de cette veine-là que des expériences plus électroniques de son comparse Ed Tullett.

Si le genre semble balisé, il réclame une belle dose de compétence et du discernement pour apporter de la variation. Elle viendra par des cordes et une belle mélodie (Seneca), la jolie mélancolie violonneuse de Repeat Until Death, la montée subreptice sur Anniversary qui prend même le temps de laisser retomber la pression pour mieux la remettre. C’est une des manières de casser la monotonie qui est le risque d’un album aussi cohérent dans le son et le chant.

Quand c’est abordé plus franchement avec Utica, cela pourra plaire à ceux qui auront succombé aux charmes d’Einar Stray Orchestra. On est dans cette mouvance et on est le cœur de cible comme vous l’avez deviné. Ça fonctionne évidemment en mode ‘douceur extrême’ (Repeat Until Death). Hasard ou volonté délibérée, cette musique correspond bien à ce lumineux début d’automne.

On aime les surprises pourtant s’il s’agit ici d’un premier album, ce n’en est pas une. Tous les indicateurs étaient au vert (collaboration fructueuse, singles et clips au top) et ils le restent. Les amateurs de belles choses amples et délicates devraient ajouter un nom.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)

  • Taughtme - Laugh On Me

    L’album enregistré en Islande semble être un passage obligé pour bien des musiciens. A l’instar de compatriotes comme John Grant ou Low Roar (le regretté Ryan Karazija), Blake Aaron Henderson a suivi les conseils de son ami harpiste Úlfur Hansson et est allé enregistrer son cinquième album sur la fameuse île.
    Et comme presque tout ce qui émane de ces terres d’exception, il en ressort une délicatesse (...)

  • Rufus Wainwright – Folkocracy

    S’il n’est pas immédiatement associé à une scène folk historique, le pédigrée de Rufus Wainwright ne laisse pas de doute. Il est le fils de Loudon Wainwright III et Kate McGarrigle (chanteurs folk proches de la scène de Laurel Canyon) après tout et tant qu’à rester en famille ses sœurs Lucy et Martha sont là, sa tante Anna McGarrigle aussi. Mais ce n’est pas vraiment un album familial pour autant, il y a (...)