Accueil > Critiques > 2018

Raoul Vignal - Oak Leaf

mercredi 21 novembre 2018, par marc


Par habitude, on se méfie des dossiers de presse tant ils semblent parler d’un album rêvé plutôt qu’enregistré. Mais les mots ici sont ‘Accompagné de ses musiciens de tournée et autres invités de choix, le musicien délivre sur ce nouveau long format une musique plus orchestrée, plus mature, tout en préservant un degré d’intimité propre à son univers musical’. Voilà, c’est exactement ça, vous pouvez passer à l’écoute directement, je reste avec ceux qui veulent un peu de détail.

D’emblée le premier morceau (Blue Raven) plus dense, se rapprochant encore plus d’un Will Stratton. Il s’éloigne même de ses arpèges en avant sur I Have Sinned. Ils sont toujours là, mais appuyés par une rythmique plus plaisante, par un rythme plus lancinant et langoureux. Et on entend ce qu’on a tant aimé chez Gravenhurst, à savoir une syncope bien particulière, la sensation qu’on n’échappera pas au morceau, avec en sus quelques touches de piano. Ces arpèges peuvent aussi se transformer en riffs lancinants, ce qui fait claquer l’intense The Waves pt.1. A l’opposé, il maîtrise aussi l’apesanteur de The Valve.

The Dream prend ses aises sur les passages instrumentaux. Les couches se superposent, avec une rythmique discrète mais aux aguets. Pas besoin de sa douce voix pour nous toucher donc… On notera quelques ajouts de clarinette et des variations de climats, parfois au sein du même morceau. I Might ou No Faith montrent ainsi plusieurs visages, témoins de la richesse d’un des albums de cette année.

Pour illustrer l’évolution, on peut s’attarder sur Mirror, morceau qui n’est pourtant pas un des hauts faits de cet album (mais qui est fort bon, témoignant de la qualité de l’ensemble) et dont une première mouture figurait sur un EP sorti il y a quatre ans et aide à mesurer le chemin parcouru dans les arrangements. La version originale était dépouillée appelant d’inévitables comparaisons avec Nick Drake qui tiennent moins bien la route maintenant dans ses atours plus ronds et denses. Surtout qu’il ne privilégie pas les cordes pour enrichir ses morceaux.

On ne sait pas si on peut parler d’une école du folk français, sans doute pas d’ailleurs, mais avec des artistes comme The Wooden Wolf ou Raoul Vignal (qui sortent un album le même jour…), on a des compagnons pour la vie. Oser tuer le père, sortir de sa zone de confort d’un style reconnaissable et qui marche sur un premier album diamant brut. C’est l’envol réussi par Raoul Vignal. Sans doute moins générateur de frissons en première écoute, ce second album sorti chez Talitres confirme tout le bien qu’on pensait de Raoul Vignal. C’est dense et délicat, léger et profond à la fois.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)