Accueil > Critiques > 2018

Soap & Skin - From Gas to Solid / you are my friend

lundi 3 décembre 2018, par marc


C’est peu de dire qu’on attendait cet album de Soap&Skin. La déflagration du premier album d’Anja Plaschg et des concerts qui ont suivi est tellement vive dans nos mémoires qu’elle a su garder une place dans nos oreilles en dépit d’une très petite série de sorties. La dernière fois qu’on avait pu l’entendre, c’était pour transcender le Goodbye d’Apparat qui sert de générique à la série allemande Dark.

Comment faire dès lors quand on veut marquer son retour ? On ne ressent forcément plus les mêmes choses de la même façon à 19 ou à 28 ans. Il faut le reconnaître, on notera moins de morceaux percutants. Son style ne s’est pas affadi loin de là mais on attend souvent le frisson (de joie et de peur tout à la fois) qui arrivait presque toujours sur son premier album.

La satisfaction vient d’ailleurs, d’une densité subtilement dosée. On la retrouve sur Italy (cette chanson et Safe With Me font d’ailleurs partie de la musique du film Sicilian Ghost Story). Surrounded est aussi bâti autour d’une solide palissade de son, ce qui permet à sa voix toujours aussi évocatrice de s’époumoner et ainsi susciter l’émotion. Cette émotion peut aussi venir d’un Heal qui était déjà connu et largement apprécié.

Quand elle se frotte à une balade plus classique sur Creep, elle n’oublie pas de la relever de cordes au cordeau, lesquelles apportent la pulsation de Safe With Me. On n’est pas dans le joli à la Agnès Obel, on nage en eaux plus sombres et froides où la murène rode. D’ailleurs, l’aspect visuel de cet album est très réussi, en développant une vision de la nature à la fois très organique et presque abstraite.

This Day semble plus apaisé mais on sent sa patte on retrouve donc sa voix pleine d’écho, les violons secs, son emploi de l’électronique toujours aussi personnel. Alors que la tendance actuelle est au travail du son en mode brouillardeux, elle garde des lignes de piano franches et ne s’est donc fort heureusement pas trop assagie de ce côté-là.

On s’est sentis moins concernés par les morceaux instrumentaux ou presque comme Falling et son orgue, surtout que depuis tout ce temps, on a découvert une certaine Anna von Hausswolf. (This Is) Water est un instrumental bien moins énervé que ce qu’on a connu chez elle, qui s’insère très bien dans le reste de l’album.

On la connaissait déjà pour des reprises très proches de son univers (Janitor of Lunacy de Nico) ou qu’elle amène contre leur gré dans le sien (perturbant Voyage Voyage), elle enfonce le clou avec la scie What A Wonderful World et s’en sort sans surprise avec les honneurs mais sans fasciner non plus. Tout au plus note-on que contrairement à ce qu’on aurait pu en penser il y a dix ans, il n’y a aucun sarcasme là-dedans.

Evoluer quand on a frappé aussi fort aussi tôt n’est pas une chose aisée, surtout que nous aussi on a fait notre petit bonhomme de chemin et rencontré en route des personnalités comme Alina Orlova ou Anna Von Hausswolff. Mais en densifiant le son, en travaillant les cordes, en gardant sa voix Anja Plaschg reste dans la course. On ne pouvait décemment pas espérer plus.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)

  • Jungstötter - Air

    Quand on a découvert Jungstötter, c’était presque trop beau pour être vrai. En se situant aux confluents de tant de choses qu’on aimait comme Patrick Wolf ou Soap&Skin (dont il a assuré les premières parties) ou Anohni, il a délivré avec Love Is un de nos albums préférés de ces dernières années. C’était aussi l’occasion de retrouver des collaborateurs talentueux comme P.A. Hülsenbeck qui d’ailleurs est (...)