Accueil > Musique > 2018 > Miègeville - Longue Distance

Miègeville - Longue Distance

lundi 17 décembre 2018, par Marc


2018 est une bonne année pour les découvertes francophones dont on peut distinguer deux tendances. Une plutôt traditionnelle et une plus aventureuse, plus pop en tout cas. C’est évidemment cette dernière qui nous plait le plus et on placera sans doute Miegeville dans cette tendance.

Difficile pourtant de commenter ce court EP qu’on a déjà énormément écouté. Les cinq morceaux sont devenus tellement familiers qu’ils en sont presque étanches à la critique. Si on couche ce fruste avis sur papier, c’est surtout pour recommander à la volée.

Renseignements pris, le Toulousain Matthieu Miègeville vient des musiques dures (Cancel The Apocalypse), ce qui lui a aussi permis de rencontrer le guitariste classique Arnaud Barat qui officie aussi. Il est certes difficile de discerner les traces de metal ici mais il est par contre certain qu’on n’a pas affaire à des débutants. La forme emprunte certes des sons synthétiques (des rythmiques digitales notamment) mais c’est une règle bien établie dans les formations à personnel réduit et permet de varier les ambiances.

Dans le détail, on a apprécié que ces cinq titres s’enchainent comme autant de réussites. La voix déclame parfois, reste belle et grave, avec l’aplomb nécessaire. On apprécie aussi la dose de mélancolie dégagée. Lancinante sur Volga et sa structure sonore dense, plus frappante sur La Fin Des Combats.

10 heures 17 fait allusion à la catastrophe d’AZF, de la perception parcellaire et légèrement paranoïaque de cet évènement peu après le 11 septembre. Bref, ça claque, c’est comme ça. Ces cinq titres en appellent d’autres, c’est ce qu’on retiendra de ce premier EP de Miègeville. On l’a presque usé et on ne peut que vous recommander d’en faire autant. Un album provisoirement intitulé EstOuest est en préparation, inutile de dire qu’on vous en parlera.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)