Accueil > Critiques > 2018

P.A Hülsenbeck - Garden Of Stone

jeudi 24 janvier 2019, par marc


A cette période-ci paraissent aussi les articles sur les albums qui ont donné du fil à retordre. Pas à l’écoute mais à l’analyse. Depuis quatre mois, celui-ci revient avec toujours autant de plaisir d’écoute et de perplexité critique. Mais il faut en parler parce que le ton singulier qui s’en dégage est un signe de talent évident.

Et cet album est pour le moins envoûtant et propose une musique sombre et un peu torturée. Vocalement, on est proche de Nick Talbot mais la musique est plus jazzy, comme si le regretté leader de Gravenhurst avait frayé avec Tortoise. Survey est ainsi bâti tout en entrelacs, en arrêts et redémarrages doux. On note que la production incombe à deux membres de White Wine, Joe Haege (Menomena, Tu Fawning) et Fritz Brückner. La parenté se marque surtout sur le côté anguleux de certains morceaux mais le spectre est ici plus large. Ce contraste fonctionne en tous cas, apaisant les aspérités naturelles de cette musique sans concession mais au champ bien large.

Puisque d’un côté on entend de jolies choses acoustiques comme Aya On Canvas alors qu’à l’opposé on est dans une certaine idée du bruitisme apaisé (Vessel). Le reste se situe logiquement entre les deux, passant du beau et mélancolique Stairs of Alfama au plus dissolu Speaking In Tongues ou à l’altitude des cuivres de Serpent of Velour.

Notons que la contrebasse est assurée par un certain Johanne Weber qui sort en ce début 2019 un excellent premier album sous le nom de Jungstötter sur lequel la guitare électrique est jouée par P.A Hülsenbeck. On reste donc en famille chez les prometteurs teutons.

L’amplitude de cette musique eest assez dingue et nous emmène dans des coins insoupçonnés de prime abord, sans avoir l’air d’y toucher. Intime et un brin austère, elle récompensera par bien des écoutes celui qui s’en donnera la peine.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Mildfire - Kids In Traffic

    Pourquoi les genres disparaissent-ils ? Ces symphonies de poche tellement présentes et attachantes ont un peu perdu de leur lustre et c’est un peu dommage. Parmi ces orfèvres, citons The Annuals, Choir of Young Believers, Musée Mécanique, Fanfarlo ou Efterklang parce qu’il est toujours bon de se rappeler de bons souvenirs. Dans cette veine, on avait spécialement apprécié Einar Stray et on ne (...)