Accueil > Musique > 2018 > P.A Hülsenbeck - Garden Of Stone

P.A Hülsenbeck - Garden Of Stone

jeudi 24 janvier 2019, par Marc


A cette période-ci paraissent aussi les articles sur les albums qui ont donné du fil à retordre. Pas à l’écoute mais à l’analyse. Depuis quatre mois, celui-ci revient avec toujours autant de plaisir d’écoute et de perplexité critique. Mais il faut en parler parce que le ton singulier qui s’en dégage est un signe de talent évident.

Et cet album est pour le moins envoûtant et propose une musique sombre et un peu torturée. Vocalement, on est proche de Nick Talbot mais la musique est plus jazzy, comme si le regretté leader de Gravenhurst avait frayé avec Tortoise. Survey est ainsi bâti tout en entrelacs, en arrêts et redémarrages doux. On note que la production incombe à deux membres de White Wine, Joe Haege (Menomena, Tu Fawning) et Fritz Brückner. La parenté se marque surtout sur le côté anguleux de certains morceaux mais le spectre est ici plus large. Ce contraste fonctionne en tous cas, apaisant les aspérités naturelles de cette musique sans concession mais au champ bien large.

Puisque d’un côté on entend de jolies choses acoustiques comme Aya On Canvas alors qu’à l’opposé on est dans une certaine idée du bruitisme apaisé (Vessel). Le reste se situe logiquement entre les deux, passant du beau et mélancolique Stairs of Alfama au plus dissolu Speaking In Tongues ou à l’altitude des cuivres de Serpent of Velour.

Notons que la contrebasse est assurée par un certain Johanne Weber qui sort en ce début 2019 un excellent premier album sous le nom de Jungstötter sur lequel la guitare électrique est jouée par P.A Hülsenbeck. On reste donc en famille chez les prometteurs teutons.

L’amplitude de cette musique eest assez dingue et nous emmène dans des coins insoupçonnés de prime abord, sans avoir l’air d’y toucher. Intime et un brin austère, elle récompensera par bien des écoutes celui qui s’en donnera la peine.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)