Accueil > Critiques > 2019

Xiu Xiu - Girl With a Basket of Fruit

vendredi 8 février 2019, par marc


On l’a déjà dit, James Stewart est un des rares artistes qui dégage une odeur de danger et les amateurs de musique relaxante tourneront le dos après quelques secondes de ce Girl With a Basket of Fruit, la plage titulaire ne voulant prendre personne dans le sens du poil. Le seizième album de Xiu Xiu n’est pas celui de l’assagissement, sachez-le. Il part donc très fort pour s’assurer que seuls les motivés suivront.

Les motivés d’ailleurs l’ont sans doute suivi dans une activité récente très riche qui comprenait une série de musiques spécifiquement composées pour accompagner la prise de drogue (on a un peu écouté et pas essayé, promis maman), un album presque drone sous son nom propre et sa présence lors des soirées qui ont vu Shearwater et des amis reprendre avec succès la trilogie berlinoise de Bowie. Oui, Heroes chanté par Stewart, c’est vraiment convaincant).

La malaise, cela dit, pourra commencer plus tôt, dès la lecture du dossier de presse. Loin de la langue de bois et de la louange de mise dans cet exercice souvent stérile, c’est une poésie noire et violente qui est proposée. On devine donc que c’est du nom d’une peinture du Caravage que le nom de l’album est dérivé.

Si on va avoir du mal à défendre It Came Out As A Joke, tout le monde sera d’accord qu’ils sont bombastiques quand ils ajoutent une pulsation (Pumpkin Attack on Mom and Dad) et là, on sait qu’on est venus pour ça, pour cette intensité presque insoutenable, pour toucher les limites de la musique et les nôtres. C’est sans doute un des rejetons les plus logiques de l’indus des années ’80, en droite ligne d’Einsturzende Neubauten, celle qui n’a pas pris la teinte de rock vieux de Trent Reznor.

L’album bascule alors vers du plus apaisé. Enfin, c’est tout relatif sur Scissssssssors et même quand la musique apparait comme sereine, Stewart ne l’est pas vraiment (Normal Love) et la densité du son reste bien présenté (The Wrong Thing). Ils ne reculent pas devant des sujets graves comme le lynchage de Mary Turner et c’est évidemment plus perturbant que ce que certains font de Strange Fruit.

Stewart est le seul membre du line-up original de Xiu Xiu. Comme beaucoup de formations (de Smashing Pumpkins à Shearwater), on peut y voir l’exutoire créatif d’un artiste unique mais il sait s’entourer. Ils partent en tournée avec Angela Seo (aussi à la réalisation des clips et à la production avec Greg Saunier de Deerhoof), Thor Harris (Swans) et Jordan Geiger, ces deux derniers faisant partie de Shearwater période Rook.

S’il n’a jamais beaucoup mis d’eau dans son vin, force est de constater que remonté à bloc après des projets tous plus barrés les uns que les autres, James Stewart ne fait aucune concession à l’accessibilité sur cet album de Xiu Xiu. Et c’est ce qu’on aime chez lui. Son engagement hors pair nous captive alors qu’on pourrait balayer ceci d’un haussement d’épaules. C’est la part d’impondérable qu’il faut garder. Il y a fort heureusement un morceau imparable sur cet album qui sera la récompense pour les esprits curieux et pas farouches.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)