Accueil > Critiques > 2016

Pilod - Black Swan

lundi 25 mars 2019, par marc


Vous l’avez peut-être remarqué, le rock avec des vrais morceaux de guitares dedans est un des nombreux parents pauvres de ce site (c’est une famille pauvre si on y pense…). A un tel point qu’une petite dose est nécessaire de temps à autres.

On avait déjà eu droit aux Canadiens énervés de Ought et on se situe en gros dans les mêmes eaux avec cette formation flamande qui compte en son sein Christophe Vandewoude qui est aussi membre de Marble Sounds et Isbells. Mais on ne trouvera pas de ressemblances avec ces deux formations chères à nos cœurs ici parce qu’on sent d’emblée l’influence d’une certaine scène rock indé des années ’90, période qui a vu leurs débuts sous d’autres noms.

Le son est impeccable, dense et rond et permet une montée lourde sur le premier morceau Lion Ego qui dégage pas mal d’énergie et d’émotion. Grosse différence ici, la voix mise en bas du mix et qui en prend un relief particulier parce qu’elle est forte et belle. Evidemment, le genre veut que même quand le morceau est plus apaisé et même rehaussé de discrets violons comme Foundations, le chant reste très expressif.

Les guitares sont abrasives et on peut les laisser pratiquer une roue libre faussement détendue (The Heart). Ils osent se faire un peu plus sombres pour un Black Swan, avec une belle lourdeur qui frappe juste. C’est le produit d’appel de cet album, ce qui m’a fait revenir dessus pendant des mois (plus de deux ans en fait à des intervalles réguliers.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)