Accueil > Musique > 2019 > Vampire Weekend - Father of The Bride

Vampire Weekend - Father of The Bride

lundi 6 mai 2019, par Marc


Internet est là pour favoriser les échanges et les découvertes, les réseaux sociaux peuvent sans doute faire le buzz mais rien ne remplace le fait d’être au bon endroit au bon moment. C’est donc de l’autre côté de l’Atlantique que j’ai pu découvrir par hasard et à la radio une formation qui n’avait pas de sortie officielle à son nom. Une reprise aventureuse de Radiohead plus tard, ils allaient vite mettre tout le monde d’accord avec un brillant premier album. C’était il y a onze ans déjà et les voici à se frotter à l’exercice du double album.

Mais au contraire de formations comme Clash ou Arcade Fire qui ont profité de leur long quatrième album pour développer un éclectisme forcément inégal, ces 18 titres gardent une bonne cohérence. Même si le premier morceau qui commence en mode acoustique, vraiment impossible à identifier à l’aveugle. C’est un duo avec Danielle Haim. Il y en a d’ailleurs deux autres et bon, n’étant pas client de Haim, ce ne sont pas nos moments préférés. N’est pas Phoebe Bridgers qui veut.

Le ton est apaisé, on ne sent pas que les six années sans album et le départ de leur multi-instrumentiste Rostam Batmanglij les ai laissés dans un abîme de perplexité. En extrapolant (beaucoup) on pourrait même dire que cet apaisement n’est pas le meilleur moteur artistique. Paradoxalement, c’est un album prolixe qu’ils livrent. Aucun morceau ici ne semble superflu mais aucun ne semble indispensable non plus. Ce sera forcément vu comme une grosse faiblesse par le groupe qui nous a livré quelques-uns des singles les plus percutants de la décennie passée.

Harmony Hall par exemple est tout de même bien passe-partout. Et même si on y entend ‘I don’t wanna live like this/But I don’t want to die’, on préférera ne pas repenser au premier album à ce moment-là. On a aussi pensé à une version en tongs d’Arctic Monkeys, avec la même ambition mais des moyens radicalement différents.

Il y a aussi de rares moments où on sent qu’ils se lâchent. Sympathy joue sur la rupture, le rythme bien entretenu et les chœurs un peu barrés. C’est bien amusant en tous cas et est peut-être est-ce même le meilleur moment de l’album, celui où les garçons bien peignés ont la cravate en bandana mais gardent une choré impeccable. Mais même quand c’est plus lisse on se laisse moins prendre au jeu (Sunflower). Fort heureusement, la haute tenue mélodique est toujours au rendez-vous (Rich Man).

On décèlera aussi leur troisième degré sur Unbearbly White qui semblera un manifeste à certains à qui ces premiers de classe assumés ne plaisent pas. Ce détachement peut aussi être une limitation, il manque sans doute un peu de transpiration au groove sec d’How Long ?.

Father of The Bride pourrait proposer une dose de soleil nécessaire de temps en temps. Sauf que cette envie n’est pas compatible avec la propension à s’envoyer 18 titres d’un coup. Ce qu’on a surtout aimé chez Vampire Weekend, c’est une forte personnalité et la capacité à transcender un genre (la pop ensoleillée) qui n’était pas celui qu’on écoutait le plus. Ces deux qualités se sont bien érodées en tous cas. Remplacer la qualité par la quantité n’aidera pas à passer le cap. Ceci est un chouette album, foncièrement, mais qui ne marquera sans doute pas. Parce que le chahut marque souvent plus qu’une étude studieuse.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)