Accueil > Critiques > 2005

Goldfrapp : Supernature

mercredi 16 août 2006, par marc


Encore un album qui m’entraîne dans un abîme de perplexité. Classe de bout en bout, transpire de cet ennui chic et un peu sensuel qui peut parfois tellement être indispensable.

Ca commence fort bien, avec en Ooh la la bougeant avec des sons juste assez tordus pour que ça ne sonne pas dance et suffisamment basique pour qu’on puisse s’y abandonner. Le dosage est une des qualités majeures d’ailleurs de cet album. Mais à un tel point que ça manque parfois tellement de la moindre aspérité qu’on glisse dessus comme un playmobil sur une baignoire. Après quatre morceaux, on arrête, on passe à autre chose pour voir si c’est l’accumulation qui pose problème. En fait non, il n’y a même pas de moment faible.

On se met à penser : ces compos-là pourraient être interchangeables avec celles des Kills. Mais au lieu du brut, on à droit à la version policée. Ces considérations ne vont pas changer le monde mais occupent pendant l’écoute.

Loin de la complexité acid-jazz, Goldfrapp pratique une electro-pop simple et racée. Pas de pièce montée, juste une structure sur laquelle se pose la voix de la chanteuse. Gentiment dansant, comme un bon vieux (ceci n’est même pas sarcastique) Blondie comme Satin chic ou un Hooverphonic sous prozac (Time out from the world)

Si LCD soundsystem vous a vrillé les tympans (il doit fatalement y en avoir), il reste Slide in. De la musique apéritive très bien faite mais si ça vous remue les tripes, c’est que j’ai raté quelque chose... (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)