Accueil > Critiques > 2019

Operators - Radiant Dawn

mercredi 19 juin 2019, par marc


On n’a pas fini de parler de Dan Boekner. On n’a même pas à traquer ses sorties, on peut se laisser surprendre par ses inévitables retours. Il semble qu’il ait trouvé une forme qui lui plaise suffisamment pour continuer la fructueuse expérience d’Operators dont c’est le second album.

Le premier morceau s’appuie sur une progression d’accords mineurs et une belle pulsation. Quand ce mélange est maîtrise, il est forcément irrésistible. Days nous propulse donc dans l’univers d’Operators qu’on connait déjà bien. On aura droit bien évidemment à quelques titres plus catchy pour faire la différence (magnifique Strange) et quelques plages instrumentales pour faire respirer l’album.

C’est une musique carrée, impeccablement finie. Le mélange de guitare et de synthés fonctionne en plein en tous cas. Faithless pourrait d’ailleurs se poser en version post-punk ou kraut de New Order. Le gimmick lancinant d’I Feel Emotion renvoie aussi à la légendaire formation de Manchester. Mais ce n’est en rien un pastiche, le ton est plus direct, et la voix est convaincante bien évidemment. Ils se font plus binaires aussi parfois et ça claque (Low Life). Donc la base est plus large qu’il n’y paraît, surtout que Despair a le côté plus rentre-dedans d’A Place To Bury Strangers (enfin, pas celui encore plus abrasif du début). C’est dans le son que ça se passe, le ton est moins énervé que sur les albums de Handsome Furs (et des Divine Fits, aussi) dont Operators semble la suite logique et plus aboutie.

Le pessimisme foncier des paroles n’empêche pas une motivation de tous les instants, c’est aussi ce qui fait le sel et l’agitation d’Operators. Pas à dire, on a toujours l’impression que l’énergie de Boeckner est là, poussant tout ce qui bouge (Terminal Beach). Sa façon de chanter unique s’accommode finalement de tout et est le fil rouge entre toutes ses formations. Certains parlent même de renvoyer à Bruce Springsteen et le souffle est en effet comparable même si les comparaisons littérales sont plus compliquées.

On ne peut vraiment plus se laisser surprendre par un album avec Dan Boeckner aux commandes. Sa productivité (comme celle de son comparse au sein de Wolf Parade Spencer Krug) n’a jamais été synonyme de dilution mais certaines productions semblent plus abouties que d’autres et celle-ci l’est manifestement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)

  • LSSNS - Transit

    I know it when I see It
    Cette phrase d’un juge de la cour suprême américaine quand on lui demandait ce qu’était la pornographie peut aussi s’appliquer à certains styles musicaux, aussi faciles à identifier que compliqués à décrire. Les années ’80, ce n’est pas qu’une lointaine décennie, c’est un parfum qu’on reconnait tout de suite chez ce trio finno-allemand.
    Et il convient bien à cette pop au synthé bien (...)

  • The Ultimate Dreamers - Echoing Reverie

    Le vintage années ’80 est un style qui se pratique depuis des dizaines d’années. S’il peut évidemment être pratiqué par des novices, on ne se lasse pas non plus de ceux qui ont vécu les évènements en direct. Outre les légendes Wire, il y en a d’autres qui ressurgissent du passé. Actif au milieu des années ’80, le quatuor belge est revenu aux affaires à la faveur du confinement qui les avait vus dépoussiérer (...)

  • AstraSonic - Society

    Les influences, on peut les aborder frontalement ou par la bande. Dans le cas du second album du groupe belge, si les marqueurs post-punk ou cold sont bien là, ils sont déjà très processés. On vous a déjà parlé de groupes comme Ultra Sunn (et on vous reparlera de The Ultimate Dreamers) plus frontalement cold wave ou gothique, on est plutôt ici dans un pop-rock mélancolique qui lorgne du côté d’un (...)