Accueil > Musique > 2019 > Efterklang - Altid Sammen

Efterklang - Altid Sammen

mercredi 9 octobre 2019, par Marc


Et voici le retour attendu de ces terriblement attachants Danois. Comme on ne les avait pas trop suivis dans leur opéra Pyramida, il faut remonter à leur Magic Chair de 2010 pour retrouver la trace d’une critique en bonne et due forme pour ce qui était une des réussites de l’année. Vue de loin, d’ailleurs, la structure de la pochette est assez identique.

Cette fois, ils chantent dans leur langue d’origine, ce qui va sans doute en écarter certains mais ce n’est pas ce qu’on retiendra. On ne peut du coup pas se lancer dans une exégèse des textes, même si on devine que le titre veut dire ‘toujours ensemble’. Et ce n’est même pas la première fois qu’on parle d’un album dans cet idiome, il y a eu Under Byen, autre chouchou nordique.

La structure de l’album par contre est différente. Exit donc la chanson pointilliste, la syncope comme art majeur. C’est ici plus direct, définissant une langueur qui n’est pas sans rappeler celle de Sigur Ros. Dans ce prestigieux lignage, on trouve Supertanker, énorme morceau qui fait partie de cette race à part de morceaux pouvant se faire plus intenses en ralentissant, appuyés par une basse souveraine. C’est le genre de choses qu’on avait aimé dans les débuts du Norvégien Einar Stray, autre orfèvre nordique. L’autre point d’orgue est le beau et lumineux morceau final Hold Mine Haender, avec choeurs mais sans effet exagéré, la mélodie et la délicatesse se suffisent à elles-mêmes.

En dehors de ces plus éclatantes réussites, il y a d’autres motifs de satisfaction comme ce gimmick de synthé d’I dine ojne qui est très réussi. Répétitif et entêtant, il manipule l’intensité du morceau. Les cuivres ne sont pas là pour apporter du panache, mais une texture sonore riche (Under broen der ligger du)
Belle élégance d’Unden Ansigt.

Ce qui frappe globalement, c’est l’indéniable élégance de cet album lent mais empreint d’une sensation d’apesanteur. Mais l’appréhension de cette lenteur ne devient jamais léthargie. On retiendra évidemment les rais de lumière, les moments forts que ce style leur permet mais aussi la constance d’un style indéniable.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)