Accueil > Musique > 2019 > Yeah But No - Demons

Yeah But No - Demons

vendredi 18 octobre 2019, par Marc


L’expérience a ceci d’intéressant qu’on pense avoir cerné ses affinités, aiguisé ses attentes. Et parmi celles-ci (qu’on espère le plus larges possibles), il y a ce mélange de beats et d’écriture mélancolique qui peut faire mouche quand il est parfaitement exécuté comme ici. Le genre de chose qu’on adore chez leurs voisins de label The/Das et on ajoute sans hésiter le duo teuton Yeah But No.

Mais le curseur est ici plus orienté soul, plus impliqué émotionnellement, ce qui transparaît dès Caught Between Stations. Pour que ce soit réussi, il faut qu’on y croie un minimum pour que ça marche et c’est le cas ici. L’expressivité d’I Still Keep Love For You rappelle que Depeche Mode a pu réussir ce mélange de sensibilité et de force électronique. Sa prolongation presque instrumentale I Still Keep pousse le principe encore un peu plus loin et ajoute du liant. Il faut aussi que ça ne soit pas sirupeux quand la tendance est carrément tendre et sentimentale (Impossible Place). Et c’est la cas. La voix peut d’ailleurs se faire plus grave (I Don’t Want To Know).

On fond aussi (surtout ?) quand ils poussent le beat, franc et sec sur Run Run Run, qui s’est tout simplement imposé comme un des meilleurs moments de l’année. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi la puissante intensité de Put Your Armor On avec un beat un peu plus lent, un très beau grain de son et de la variation. Rien que pour ces deux hauts faits, on est récompensés d’avoir fait le déplacement. Il y a aussi la belle résurgence de Fall Apart pour nous raccompagner sur la pas de la porte en d’excellentes dispositions, pour sortir de ce bel album par le haut. On sait que ce genre de prédiction ne marche jamais, pourtant, tout semble en place ici pour un succès mérité. Ca commence par vous.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)