Accueil > Critiques > 2019

Oliver Spalding - Novemberism

lundi 18 novembre 2019, par marc


On retrouve ici deux membres d’une même famille, celle de collaborateurs rassemblés autour du jeune Ed Tullett. On avait déjà dit tout le bien qu’on pensait de ses albums solo, de ce qu’il avait fait avec Novo Amor (et ce que ce dernier avait fait tout seul) ou derrière le premier EP d’Oliver Spalding. On les retrouve donc tous les deux pour un premier album qui se laisse logiquement apprivoiser en un rien de temps.

Première tâche de l’auditeur et du critique amateur, liquider la ressemblance plus que troublante avec Bon Iver. Les voix très haut perchées (ou vocodées) et l’écriture pointilliste étant deux marqueurs forts. On le répète donc, si la paternité et le patronage du style ne font aucun doute, on est souvent amenés à préférer cette bande-ci. Ces affinités électives ne s’annulent évidemment pas mutuellement mais une écriture et des arrangements plus directs rendent ceci plus touchant que ce que fait la toujours hors normes bande de Justin Vernon. Cette façon plus figurative les rapproche d’un autre côté de nos délicats compatriotes de Marble Sounds ou Isbells.

C’est un rien plus direct donc, d’emblée avec Ahamé qui ne cache pas ses soubresauts qui secouent un discret mais efficace gimmick. Il n’en faut pas plus pour présenter un style, pour susciter un attachement. Il faut toujours des morceaux forts pour incarner un style et Emissive (avec ses nappes de synthés) en est un.

C’est évidemment d’une délicatesse inattaquable (Xanax) sans jamais montrer la moindre velléité de mièvrerie et peut aussi se faire spectaculaire quand A Stop arrive à installer une belle intensité. La plage titulaire est plus franche, avec des beats plus présents, comme une synthwave au cordeau. Cette variation certes bien peu moderne fonctionne indéniablement. Ils ne reculent même pas devant un peu de sax (Everglades), de synthé (Bow Creek) ou de vocoder (Her Crescent), donnant une inattendue coloration eighties à cet assemblage subtil.

Plus qu’une version succédanée de Bon Iver, ce que produit le duo anglais est un conseil en soi. Ces jeunes talents-là sont en effet plus que des promesses, ils montrent depuis leurs débuts une constance dans l’excellence qui force le respect.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Inutili - A Love Supreme

    Si cet album d’Inutili a le même nom qu’un increvable classique de John Coltrane, il est cependant bien moins jazz que New Sex Society qui nous avait plu en 2019. Ce que la formation italienne garde par contre, c’est le goût des morceaux en perpétuelle évolution. Comme chez beaucoup de formations, le confinement a rallumé le désir de jouer ensemble et ce plaisir est manifeste ici.
    Après une (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Peter Kernel – Drum To Death

    La batterie est un instrument créatif, ce n’est pas une découverte pour vous. Mais au-delà des batteurs qui prennent des sentiers de traverse comme Philip Selway de Radiohead, Father John Misty qui a commencé comme batteur de Fleet Foxes ou Tyler Ramsay de Band of Horses, il y a ceux qui mettent leur instrument au cœur du projet comme Anthony Laguerre dont on vous reparle prochainement. Et puis il (...)

  • Feldup – Stared From a Distance

    Rien n’est important/J’écris des chansons/Comme on purgerait/Des vipères
    Jean-Louis Murat survit grâce à ses chefs-d’œuvre et cette citation est venue assez naturellement à l’écoute du second album de Feldup. Celui qui s’appelle Félix Dupuis sur sa carte d’étudiant et nous avait séduits avec A Thousand Doors, Just One Key en 2020 (déjà chez les indispensables Talitres) nous revient dans une disposition bien (...)