Accueil > Musique > 2019 > Fink - Bloom Innocent

Fink - Bloom Innocent

mercredi 4 décembre 2019, par Marc


Once you get a taste/You’ll be back

Ce sont les seules paroles du morceau Once You Get A Taste et on peut témoigner, depuis qu’on l’a découvert il y a plus de dix ans en première partie de Soap&Skin, on est toujours revenus vers lui. Et il nous a toujours donné de très bonnes raisons de le faire. On a adoré quand il s’est fait plus spectaculaire sur Hard Believer, on avait aussi apprécié qu’il pousse le curseur de son style particulier vers le blues (Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1) ou le folk (Resurgam). Parce que Fink, c’est avant tout un style, un assemblage subtil entre secousses, guitare acoustique et voix chaude.

Il faut pourtant pouvoir moduler son attente à l’entame de cet album qui se lancé par le groove discret mais certain de Bloom Innocent. C’est en effet un album qui prend son temps et We Watched The Stars est un peu lent sans doute. Il pourra apparaître un rien plus anodin en première écoute mais s’il y a des morceaux qui testent notre capacité de concentration (Rocking Chair, My Love’s Already There), ce ne sont fatalement pas ceux qu’on retiendra sur ce dixième album.

Once You Get A Taste part d’emblée plus fort. Un arpège et une caisse claire, il n’en faut pas tellement plus pour que le morceau tienne tout droit et tout seul. Et si la montée est lente sur That’s How I See You Now c’est une montée manifeste tout de même. Sa façon bien à lui d’être intense revient sur Out Loud, arpège et martèlement s’accordent pour que sa voix s’exprime au mieux. Il y aura d’autres excellents moments comme le beau chorus en suspension d’I Just Want a Yes. L’évolution de Fink n’est jamais spectaculaire et ne connaît pas de soubresauts et secousses mais elle est manifeste. Pas orientée vers un but précis mais louvoyant avec bonheur d’une teinte à l’autre au gré de l’inspiration.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)