Accueil > Musique > 2019 > Fink - Bloom Innocent

Fink - Bloom Innocent

mercredi 4 décembre 2019, par Marc


Once you get a taste/You’ll be back

Ce sont les seules paroles du morceau Once You Get A Taste et on peut témoigner, depuis qu’on l’a découvert il y a plus de dix ans en première partie de Soap&Skin, on est toujours revenus vers lui. Et il nous a toujours donné de très bonnes raisons de le faire. On a adoré quand il s’est fait plus spectaculaire sur Hard Believer, on avait aussi apprécié qu’il pousse le curseur de son style particulier vers le blues (Fink’s Sunday Night Blues Club, Vol. 1) ou le folk (Resurgam). Parce que Fink, c’est avant tout un style, un assemblage subtil entre secousses, guitare acoustique et voix chaude.

Il faut pourtant pouvoir moduler son attente à l’entame de cet album qui se lancé par le groove discret mais certain de Bloom Innocent. C’est en effet un album qui prend son temps et We Watched The Stars est un peu lent sans doute. Il pourra apparaître un rien plus anodin en première écoute mais s’il y a des morceaux qui testent notre capacité de concentration (Rocking Chair, My Love’s Already There), ce ne sont fatalement pas ceux qu’on retiendra sur ce dixième album.

Once You Get A Taste part d’emblée plus fort. Un arpège et une caisse claire, il n’en faut pas tellement plus pour que le morceau tienne tout droit et tout seul. Et si la montée est lente sur That’s How I See You Now c’est une montée manifeste tout de même. Sa façon bien à lui d’être intense revient sur Out Loud, arpège et martèlement s’accordent pour que sa voix s’exprime au mieux. Il y aura d’autres excellents moments comme le beau chorus en suspension d’I Just Want a Yes. L’évolution de Fink n’est jamais spectaculaire et ne connaît pas de soubresauts et secousses mais elle est manifeste. Pas orientée vers un but précis mais louvoyant avec bonheur d’une teinte à l’autre au gré de l’inspiration.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)