Accueil > Musique > 2019 > Leonard Cohen - Thanks for the Dance

Leonard Cohen - Thanks for the Dance

vendredi 13 décembre 2019, par Marc


You were born to judge the world/Forgive me/But I wasn’t

Un album posthume, surtout s’il n’est pas fini du vivant de l’artiste, ce n’est que rarement une bonne idée. Le génial Canadien avait pris congé de nous de la plus vibrante des façons, avec un album d’une beauté noire qui n’appelait pas de rappels. Il fallait prendre des précautions pour que ces lignes de voix prennent chair mais l’équipe autour de son fils Adam et qui comprend notamment Beck (c’est lui qui joue de la harpe sur The Night of Santiago, Feist ou Bryce Dessner de The National.

Leur bonne idée est d’en faire un objet simple. Il fallait de la sobriété, de la décence même. Ici, la voix prend énormément de place, et c’est un choix pertinent. A moins d’être survolté pour une raison ou une autre, il est impossible de ne pas céder à What Happens To The Heart. On sait tout de suite qu’on va retrouver cette légende pour un petit supplément qui ne se refuse évidemment pas. Et ça parle de disparition, directement mais avec pudeur (Moving On) et puis une voix pareille qui vous parle de l’holocauste, ça ne peut que faire de l’effet (Puppets). La distance est impeccable, cette pensée tellement accessible et poétique à la fois n’appartenait qu’à lui, c’est son don au monde.

Alors oui, il y a des mélodies, et c’est une de ses forces, exposées il y a un demi-siècle de ça. Elles sont moins présentes sans doute vu qu’il chante à peine mais il suffit de quelques variations sur It’s Torn pour que paf, on plonge avec lui. Et on est carrément emportés quand The Hills s’étoffe d’un peu d’ampleur. On retrouve même ses arpèges tellement caractéristiques sur The Goal.

On n’attendait forcément plus d’album de Léonard Cohen qui semblait avoir livré son épitaphe définitive. Pourtant, plus que sur Popular Problems qui avait dissipé un léger ennui poli, on apprécie de retrouver cette poésie, cette voix et ce sens mélodique de légende. Cette petite dose inattendue, quand elle a cette dignité et quelques surgissements, fait assurément du bien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)