Accueil > Critiques > 2020

Volin - Cîmes

vendredi 28 février 2020, par marc


Peu d’artistes nous avaient donné une impression de nouveauté comme Volin. Il faut dire que si les tentatives de mêler des sons plus aventureux et la chanson française existent, elles manquent parfois de morceaux très forts pour marquer un style. On avait eu le frisson, allait-on le garder ?

La voix est bien en avant, ne joue pas sur des harmonies vocales. En ça ils restent bien français et moins canadiens (Corridor, Malajube), c’est aussi une marque de personnalité. Cet album d’ailleurs commence de façon plus calme. Descendre En Soi ne prend son envol que vers la fin. On ne se précipite pas, on est confiants, on sait qu’il ne faudra pas grand’chose pour faire la différence, qu’il suffira de qualques accords pour rendre Cimes plus intenses. C’est une façon de faire plus proche de Grizzly Bear que de Benjamin Biolay. Mais ce n’est en aucun pas un portage d’un style dans une autre langue

La façon d’utiliser les arpèges pour en faire autre chose que du folk est bien là sur L’Elan. A l’opposé, ils osent être plus torturés dans les textures et les rythmiques (Qui Va Là), tenant leurs promesses de distorsion et de tension. Mais il y a aussi des morceaux qui apaisent la tension plutôt que l’établir comme Avant. Ca marche comme morceau tout seul mais a aussi son utilité dans l’écoute intégrale de l’album.

Des harmonies, on en a aussi sur l’acoustique Entre Deux Rives, tout comme Ma Muse dévie d’une pulsation métronomique avant de partir courir dans les champs (c’est une image). Et le chorus final d’Hier ne se sent même pas obligé de s’électrifier alors que cette électricité est brandie fièrement sur Partir. Pas à dire, ils arrivent à varier les effets, et ceci n’est en rien une redite du brillant premier album.

C’est un album qui se conçoit comme un tout. Il peut sembler étrange de dire que les textes n’appellent que peu de commentaires. Ils semblent si intimement liés aux morceaux qu’on les apprécie sans presque s’en apercevoir.

Mêler des tendances indie américaines avec la langue française est une idée intéressante à la base mais elle ne suffit pas à faire de bons albums. Le second des Montpelliérains de Volin les voit raffiner leur son, développer leur différence et confirmer qu’on a envie et besoin d’eux. Ce n’est en aucun cas une décalque, c’est une des meilleures formations hexagonales qu’on écoute ici. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais avec deux réussites en autant d’album, Volin est définitivement installé dans son style


    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Volin - Cîmes 4 mars 2020 10:45, par Laurent

    C’est amusant, j’écoutais Canon l’autre matin et je me disais que ce groupe avait un sacré potentiel, quand le soir venu je découvris ta critique et apprenais par la même occasion que Volin avait sorti ce second album encensé. Et le moins qu’on puisse dire c’est que tu as eu le nez creux, cher Marc. Très long en bouche, ce disque m’a demandé du temps : d’ingestion, de digestion, d’approche approfondie des nombreuses saveurs qu’il renferme. Au bout du compte, je suis absolument conquis : on est au-delà de la belle ouvrage ; c’est un grand disque français et, j’ose espérer, celui d’un futur grand groupe français. Même si tu les dis "moins canadiens", je pense beaucoup à Karkwa (mais aussi à Arman Méliès). En tout cas, les compositions sont somptueuses, les arrangements efficaces et l’interprétation habitée. Tout bon !

    repondre message

    • Volin - Cîmes 9 mars 2020 15:32, par Marc

      Belle coincidence donc.
      Un des effets secondaire de l’effondrement de la blogosphère au profit des réseaux sociaux, c’est que je reçois ce genre de belle chose (on n’est plus des masses en fait).

      Après deux albums réussis, le doute n’est plus trop permis pour eux.

      Prochaine étape : Thousand

      repondre message

      • Volin - Cîmes 12 mars 2020 11:01, par Laurent

        Aaaah, je connais un (super) morceau, je me demande ce que ça vaut sur la longueur...

        repondre message

  • Louis Arlette – Chrysalide

    Si on ne connait pas encore très bien Louis Arlette, on peut dire que le patrimoine a une grande place dans sa vie. Après avoir revisité le volet littéraire sur un EP de mise en musique de poésie française, les thèmes de ces morceaux vont chercher des allusions historiques. Mais le ton a changé, radicalement. Si l’EP se voulait iconoclaste et l’était peu (ce qui n’est pas un problème en soi, (...)

  • Kloé Lang - Ce Que La Nuit (EP)

    On ne connaissait de Kloe Lang que des reprises de Barbara et Janis Joplin qui étaient à la base d’un spectacle. Et on avait eu envie de savoir ce qu’elle avait dans le ventre en tant qu’autrice. Cet EP propose Aimez-Moi présent sur l’album précédent et ce morceau plus déstructuré n’est pas typique de ce qu’on entend ici.
    Première chose à signaler, on ne retrouve ici aucune ressemblance littérale avec (...)

  • Centredumonde - Ubac (EP)

    La critique est aussi une lutte perdue d’avance contre la marche du temps, maintenant qu’il est des nôtres, Centredumonde le sait aussi. Il avait déjà évoqué en parlant du moins marquant dernier Daho de cette anecdote d’un cactus écrasant celui qui lui a tiré dessus. Sur ce nouvel EP, il imagine un parcours à ce personnage. On retrouve donc ici quelques losers qui ne se donnent même pas la peine d’être (...)

  • Lescop - Rêve Parti

    Il y a des noms qui sont liés à une époque, qu’on oublie forcément un peu avant de les voir ressurgir de nulle part. Lescop fait partie de ceux-là, vous l’avez definé, petit.e.s futé.e.s que vous êtes. Les années ’80 sont une esthétique qui n’a plus déserté le paysage musical depuis plus de 20 ans. Mais si ce troisième album reste dans ce (micro)sillon, il le fait avec tant d’allant qu’on ne peut que céder. (...)