Accueil > Musique > 2020 > Volin - Cîmes

Volin - Cîmes

vendredi 28 février 2020, par Marc


Peu d’artistes nous avaient donné une impression de nouveauté comme Volin. Il faut dire que si les tentatives de mêler des sons plus aventureux et la chanson française existent, elles manquent parfois de morceaux très forts pour marquer un style. On avait eu le frisson, allait-on le garder ?

La voix est bien en avant, ne joue pas sur des harmonies vocales. En ça ils restent bien français et moins canadiens (Corridor, Malajube), c’est aussi une marque de personnalité. Cet album d’ailleurs commence de façon plus calme. Descendre En Soi ne prend son envol que vers la fin. On ne se précipite pas, on est confiants, on sait qu’il ne faudra pas grand’chose pour faire la différence, qu’il suffira de qualques accords pour rendre Cimes plus intenses. C’est une façon de faire plus proche de Grizzly Bear que de Benjamin Biolay. Mais ce n’est en aucun pas un portage d’un style dans une autre langue

La façon d’utiliser les arpèges pour en faire autre chose que du folk est bien là sur L’Elan. A l’opposé, ils osent être plus torturés dans les textures et les rythmiques (Qui Va Là), tenant leurs promesses de distorsion et de tension. Mais il y a aussi des morceaux qui apaisent la tension plutôt que l’établir comme Avant. Ca marche comme morceau tout seul mais a aussi son utilité dans l’écoute intégrale de l’album.

Des harmonies, on en a aussi sur l’acoustique Entre Deux Rives, tout comme Ma Muse dévie d’une pulsation métronomique avant de partir courir dans les champs (c’est une image). Et le chorus final d’Hier ne se sent même pas obligé de s’électrifier alors que cette électricité est brandie fièrement sur Partir. Pas à dire, ils arrivent à varier les effets, et ceci n’est en rien une redite du brillant premier album.

C’est un album qui se conçoit comme un tout. Il peut sembler étrange de dire que les textes n’appellent que peu de commentaires. Ils semblent si intimement liés aux morceaux qu’on les apprécie sans presque s’en apercevoir.

Mêler des tendances indie américaines avec la langue française est une idée intéressante à la base mais elle ne suffit pas à faire de bons albums. Le second des Montpelliérains de Volin les voit raffiner leur son, développer leur différence et confirmer qu’on a envie et besoin d’eux. Ce n’est en aucun cas une décalque, c’est une des meilleures formations hexagonales qu’on écoute ici. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais avec deux réussites en autant d’album, Volin est définitivement installé dans son style


Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Volin - Cîmes 4 mars 2020 10:45, par Laurent

    C’est amusant, j’écoutais Canon l’autre matin et je me disais que ce groupe avait un sacré potentiel, quand le soir venu je découvris ta critique et apprenais par la même occasion que Volin avait sorti ce second album encensé. Et le moins qu’on puisse dire c’est que tu as eu le nez creux, cher Marc. Très long en bouche, ce disque m’a demandé du temps : d’ingestion, de digestion, d’approche approfondie des nombreuses saveurs qu’il renferme. Au bout du compte, je suis absolument conquis : on est au-delà de la belle ouvrage ; c’est un grand disque français et, j’ose espérer, celui d’un futur grand groupe français. Même si tu les dis "moins canadiens", je pense beaucoup à Karkwa (mais aussi à Arman Méliès). En tout cas, les compositions sont somptueuses, les arrangements efficaces et l’interprétation habitée. Tout bon !

    repondre message

    • Volin - Cîmes 9 mars 2020 15:32, par Marc

      Belle coincidence donc.
      Un des effets secondaire de l’effondrement de la blogosphère au profit des réseaux sociaux, c’est que je reçois ce genre de belle chose (on n’est plus des masses en fait).

      Après deux albums réussis, le doute n’est plus trop permis pour eux.

      Prochaine étape : Thousand

      repondre message

      • Volin - Cîmes 12 mars 2020 11:01, par Laurent

        Aaaah, je connais un (super) morceau, je me demande ce que ça vaut sur la longueur...

        repondre message

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)