Accueil > Critiques > 2020

Glass Museum - Reykyavik

vendredi 24 avril 2020, par marc


Voilà un groupe qui ne nous avait pas laissé indifférents avec une formule qu’on avait déjà rencontré (chez Lymbic Systym par exemple) mais que le duo formé des Belges Antoine Flipo (clavier) et Martin Grégoire (batterie) avait poussé à son point d’incandescence. La musique instrumentale force le pouvoir d’évocation de toute façon. On a tout de suite succombé à leur façon d’être intense, leur pulsation combinée (le piano est un instrument percussif après tout) et ce n’est pas ce second album qui va nous faire changer d’avis.

On retrouve d’emblée cette combinaison fameuse de piano et de batterie et ça claque toujours. Mais ce n’est pas un procédé exclusif, d’autres pistes de synthé viennent rehausser le tout (Reykyavik). Il y a même des sons plus électroniques sur Nimbus II et ils ajoutent de la lourdeur. On n’est pas loin parfois des exercices récents de 65daysofStatic. Les synthés de Sirocco ajoutent une Une intensité folle l’air de ne pas y toucher. Le style reste mais une évolution est déjà sensible. Si le premier essai était marqué par une ascendance Jazz, celui-ci s’en affranchit un peu par ces touches synthétiques. C’est donc jazz dans son environnement et son élaboration, pas nécessairement dans l’efficacité du résultat. Ces racines exigent aussi l’excellence des instrumentistes et c’est le cas ici, sans démonstration aucune.

La fréquentation assidue de l’album permet de mémoriser facilement le tout, signe d’un sens mélodique indéniable et mis en avant. Chaque morceau a droit à sa petite poussée mais elle n’est fort heureusement jamais similaire. Clothing par exemple séduit par son intensité rentrée. Bref, cette musique instrumentale relevée, aérée et personnelle est la bande-son idéale de votre déconfinement.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)