Accueil > Musique > 2020 > Th/s /s Sh/t - ///

Th/s /s Sh/t - ///

lundi 4 mai 2020, par Marc


Après deux EP bien saignants, l’effet de surprise de Th/s /s Sh/t n’est plus là. A la place, c’est une attente en bonne et due forme qui la remplace. Comme certains de ces titres existaient déjà sous d’autres formes, on garde les mêmes références pour le trio français. On pense ainsi toujours à Digitalism (///).

Et oui, ça pulse toujours (Ecstasy). L’emploi d’un son guitaresque avec de la distorsion ramène plutôt à Vitalic. C’est un peu plus discret cela dit, plus proche d’une énergie rock qu’électro, avec d’imparables giclées d’euphorie avec Amphétamine. Nouvelles en leur chef sont par contre les tendances breakbeat à la Prodigy (Hemp). On ne sait pas à ce stade si ce sont nos références qui datent ou si c’est assumé (les deux, vraisemblablement). Ceci peut-il fonctionner sur de plus jeunes audiences ? On gage que oui, l’énergie dégagée est telle qu’elle transcende les modes.

Les transition ne portent pas toujours bien leurs noms, il s’agit en fait de morceaux plus courts développant une idée ou un gimmick. Sans être des plages de relaxation, elles font un peu retomber la pression. On écoute un album ici, ce n’est pas un live dans un club ou une plaine de festival. Et ces morceaux-là aussi dégagent une énergie plus punk quand les sons sont plus gratteux (Transition 1.4).

Le passage des EP à l’album s’est donc fait sans heurt, sans changement radical de style. Cette plus copieuse livraison permet à ce groupe d’étendre un peu ses influences et de montrer que leurs réserves d’énergies sont pour le moins renouvelables. Quand on se remettra à s’agiter, on sait qu’on comptera sur eux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Th/s /s Sh/t - /// 6 mai 2020 06:32, par Laurent

    "On ne sait pas à ce stade si ce sont nos références qui datent ou si c’est assumé" : eh ben rien à faire, moi aussi j’ai vraiment eu l’impression d’écouter un vieux Prodigy sur Hemp. Si ça c’est pas sciemment hyper référencé, je veux bien brûler mon exemplaire de "Music for the Jilted Generation"  ! Découverte sympathique en tous les cas...

    repondre message

    • Th/s /s Sh/t - /// 17 mai 2020 17:50, par Marc

      Sans doute que le moment est propice à quelques plaisirs régressifs comme celui-ci. Retrouver des traces d’une énergie oubliée m’a bien fait plaisir en tout cas.

      repondre message

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)