Accueil > Critiques > 2020

Bright Eyes - Down in the Weeds, Where the World Once Was

mardi 1er septembre 2020, par marc


On ne va pas se mentir inutilement, si le dernier album de Bright Eyes remonte à plus de neuf ans, ce n’est pas exactement une attente fébrile qui nous tenait. Certes, People’s Key nous avait vus nous quitter en très bons termes mais ce qu’a fait Conor Oberst depuis a été au moins aussi bon et bien souvent supérieur, surtout si on pense au magnifique Ruminations ou au premier album de Better Oblivion Community Center avec la tellement précieuse Phoebe Bridgers.

Donc, ce dixième album tout de même s’annonce plus comme une surprise que comme un évènement. Pourtant, on le sait, dans le monde de Conor Oberst, Bright Eyes a sa propre spécificité, et on la retrouve d’emblée. C’est musicalement, avec l’apport de Mike Moggis, que tout prend son sens.

Dance and Sing est un beau retour en forme après l’inévitable (et souvent dispensable) morceau d’intro. Même les versions plus enrobées de Ruminations qu’on retrouve sur Salutations sont plus conformes aux poncifs americana. Il y a un souffle bien différent, la pulsation de Once In The World n’est sans doute pas pas au niveau d’originalité du fantastique Digital Ash For a Digital Urn mais s’en approche bien franchement, avec cette fin tout en cordes entrelacées, avec un chorus instrumental qui se déploie comme on étend ses ailes, le tout en gardant une durée tout-à-fait conforme aux standards pop.

Le résultat est plus accessible, moins rude que sur les albums solo de Conor Oberst qui sont sans doute réservé à des auditeurs déjà conquis à la cause folk et qu’un harmonica suffit à convaincre pourvu que l’écriture soit brillante (on se range là-dedans bien entendu). Comme toujours avec lui, le sens mélodique reste remarquable sur Stairwell Song qui avec son un refrain qui pousse se présente comme un des morceaux les plus percutants de cet album.

Il y a évidemment des cuivres et puis des cordes parce que c’est une musique riche. Même si la chanson fait clairement référence à la dépression, voire au suicide, la forme n’est jamais aussi extrême que ses sujets. Ce thème revient sur Hot Car In The Sun, morceau plus minimaliste selon les standards de la formation. Vous entendrez même de la cornemuse sur un Personna Non Grata qu’on connaît depuis quelques mois maintenant.

L’ampleur peut aussi un peu perdre l’auditeur, avec moultes incrustations sonores (Forced Convalescence) mais dans versant facile, Comet Song est une ballade poignante pour ceux qui aiment ça, avec tous les effets qu’on est en droit d’attendre de l’exercice. Et puis il y a ces gimmicks qui font mouche. La guitare de To Death’s Heart (In Three Parts) est à cet égard renversante. Oui, c’est pour ce genre de moment qu’on est venus, avec en prime des références au Wish You Were Here de Pink Floyd.

Si on n’avait pas attendu avec anxiété ce nouvel album, on n’en boude pas son plaisir pour autant. Avec le temps, on a non seulement appris à faire sans Bright Eyes mais à préférer les projets parallèles. Mais il faut se rendre à l’évidence, la mise en son et son ampleur, bien supérieure à ses équivalents justifie de reformer le désormais trio pour livrer un album qui n’a pas peur de ses effets et qui contient de vrais morceaux de bravoure.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)