Accueil > Critiques > 2020

Mirabelle Gilis & Christophe Miossec - Falaises

lundi 5 octobre 2020, par Marc


Transformer l’inaction forcée du confinement en création a été un sacré défi mais certains l’ont relevé avec brio, avec des collaborations qu’on n’attendait pas forcément. Si le nom de Christophe Miossec nous est plus que familier, celui de Mirabelle Gilis réclame un peu plus de présentation. Violoniste aux côtés de Miossec notamment, elle s’est retrouvée privée de tournée avec son autre groupe Les Amirales et elle est à tous les postes ici. Au violon bien sûr mais aussi aux arrangements, à la production mais aussi au chant, elle qui n’avait aucune expérience en la matière.

Comme Christophe Miossec n’est pas toujours compositeur de ses chansons, la qualité des morceaux dépend donc du succès des collaborations. Son fracassant début de carrière était on s’en souvient sous la houlette de Guillaume Jouant et un de ses plus brillantes réussites a été réalisée avec Yann Tiersen.

En est sans doute le morceau le plus déroutant, le plus éloigné des canons de la chanson classique. Les cordes sont soyeuses et fort logiquement tiennent les avant-postes. On est plus proche de la démarche d’un Andrew Bird (ou Camille) que de la chanson française standard et c’est une réussite, l’écriture s’étant faite pointilliste pour l’occasion.

Elle A ressemble plus à ce qu’on est habitués à entendre mais l’accord des voix est impeccable. Ce partage du chant fonctionne aussi sur Tout Ira Bien qui il est vrai a une mélodie qui frappe. Le thème maritime est évidemment bien à sa place avec ces deux Finistériens. Le cachet des textes de Miossec est intact et Trop d’Amour se profile comme un de ses meilleurs morceaux, limpide et poignant à la fois.

C’est une technique bien éprouvée de proposer des échantillons pour convaincre de la qualité d’un produit. Le résultat logique de cet EP produit à la maison et finalement sorti par Columbia est d’en vouloir plus, beaucoup plus. L’alliance d’une forme moins classique et plus classieuse et de l’écriture toujours aux aguets de Miossec fonctionne tellement bien qu’on est loin d’être rassasiés en tous cas.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. (...)