Accueil > Critiques > 2020

Will Butler - Generations

mercredi 7 octobre 2020, par marc


Si la trajectoire d’Arcade Fire est en passe d’embarrasser les fans de la première heure que nous sommes, ses membres font de leur mieux pour garder une place enviable en nos cœurs. Débarqué de presque nulle part il y a un peu plus de 5 ans et confirmé par un live incandescent, Will Butler a tout de suite suscité une sympathie dont il ne s’est jamais départi. Et qu’il n’écornera pas non plus ici, puisque les qualités se sont encore affirmées.

Si on peut penser que Will n’est pas un énorme vocaliste, il confirme l’existence non officielle d’une école d’interprètes intenses à laquelle émargent aussi des artistes comme Spencer Krug. On peut d’ailleurs associer le côté brut et intense de Wolf Parade et de la myriade de formations connexes. On peut donc le rapprocher de cette école canadienne. Pour le reste, c’est plutôt de New-York (son lieu de résidence) qu’il va falloir chercher.

Ce qu’on retrouve c’est un goût de l’hymne, proche de celui des Talking Heads (influence déjà retrouvée dans les débuts de la maison-mère) sur des morceaux comme I Don’t Know What I Don’t Know ou Promised qui peut aussi se profiler comme une version organique de ce qu’on entend souvent chez LCD Soundsystem, donc assez implacable. Et ce point de référence très peu littéral tient toujours sur Hide It Away.

On décelait sur ce qu’on connaissait une connivence avec des choses plus nerveuses (mais toujours new-yorkaises) comme The Rapture ou  !!!. Sa façon d’être intense a donc sensiblement évolué. Le rock garage de Bethlehem relevé d’un clavier souvent présent pour le meilleur. Et ça claque parce quand il pousse un peu sa voix est certes très proche de celle de son frère Win mais chante plus haut.

D’une manière générale, les morceaux présentent une belle dynamique, une grosse volonté (Not Gonna Die). C’est évidemment dans ces moments plus francs du collier qu’il donne son meilleur. Le son plus rond de Hard Times qui permet d’insérer des variations, des voix triturées pour épaissir le propos. Mais pas que, il maîtrise aussi la douceur (Close My Eyes) avec des chœurs plus old-fashioned, pas galvanisants, comme une relecture de traditions r’n b hors d’âge avec respons (Surrender) avec le même allant qu’avait vous-savez-qui sur The Suburbs. Et il peut aussi se lancer dans une balade pour clôturer cet album d’un Fine bien senti.

Plus abouti que son prédécesseur, Generations prouve que la carrière de Will Butler n’est pas une récréation en marge d’un super groupe, il a maintenant montré qu’il est un artiste singulier, un interprète intense et inspiré qui nous est plus précieux que la lente et visiblement inéluctable descente artistique d’Arcade Fire.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)