Accueil > Critiques > 2020

Snowdrops - Volutes

lundi 19 octobre 2020, par marc


Le genre ‘musique instrumentale que j’adore écouter mais un peu imperméable au commentaire’ est une des grandes tendances de cette rentrée. Christine Ott fait partie de ces artistes dont on connaît bien mieux la musique qu’on ne le pense. Quand on apprend qu’elle a collaboré avec autant d’artistes qu’on adore comme Yann Tiersen, Tindersticks ou Oiseaux-Tempête, on se sent tout de suite à l’aise. Mathieu Gabry est l’autre membre du duo français, comme ça les présentations sont faites. On apprend sans surprise que ce duo a commencé par des musiques de film tant cet album est riche en évocations.

On a évidemment déjà entendu des Ondes Marthenot. Si c’est la musique contemporaine qui en a fait les premiers usages (Varèse, Boulez, ce genre), des artistes plus ‘pop’ s’en sont emparés. Citons Radiohead ou The Notwist dans un passé récent. La maîtrise d’Ott en la matière lui permet de colorer chaque morceau différemment. Ces nappes ni électroniques ni vraiment organiques se marient en tous cas à merveille au piano et au violon très vivant d’Anne Irène-Kempf, pouvant même se faire pulsation sur Inception.

Trapezian Fields
est construit autour du piano, certes, mais l’ambiance sonore est tellement rehaussée que le mélange prend tout de suite, se permet de monter et descendre l’air de ne pas y toucher. Et puis l’équilibre se déplace, les cordes prennent temporairement le dessus. Difficile donc d’en parler, facile de se laisser porter.

Les densités se construisent par couches sur Ultraviolet. Ces densités plus sombres et distordues sur le bien nommé Odysseus. On se rappelle alors la collaboration avec des formations comme Oiseaux-Tempête dont le sens du voyage nous avait déjà frappés. Les ondes se font alors mélodiques ou lancinantes, avec un piano qui orchestre les montées. Pour reprendre un poncif du genre, on voit du pays sur ce qui constitue sans doute la pièce maîtresse de cet album. Vous l’aurez compris à l’abstraction des termes utilisés que ce bel album plaira à ceux qui peuvent se laisser emporter par une belle virtuosité.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)