Accueil > Musique > 2005 > Little Barrie : We Are Little Barrie

Little Barrie : We Are Little Barrie

lundi 21 août 2006, par Marc


Pas la peine de regarder la pochette pour voir s’il agit d’une ressortie d’un groupe des années septante. Non, le blues rock avec des vrais morceaux de funk dedans est bien de 2005.

Le Free Salute du début met bien dans l’ambiance, les soli ne sont pas trop présents et n’apportent pas le côté boeuf geignard qui peut plomber certaines réalisations.

Au fur et à mesure de l’acoute, on appréciera le funk-blues classique (Greener pastures, un des meilleurs morceaux qui commence de façon plus acoustique), les morceaux plus tendus, voire psychédéliques (Move on so easy), la maîtrise de l’accumulation d’instruments (Please tell me) et d’autres bons moments (Stones throw, Long hair). Si quelques morceaux sont un rien redondants, les titres sont plutôt courts, ce qui est un gage de bon goût et aide à maintenir notre attention.

Ce genre de musique réclame des instrumentistes doués et c’est visiblement le cas sans que ça tourne à la démonstration. Personnellement, comme ce n’est pas la style sur lequel je craque volontiers, cette tentative plutôt réussie de remettre le rock blues funk des années ’70 au goût du jour reste sympathique.

Quant à savoir si ça se déguste de façon valable sur une scène qui parfois transcende ce genre de musique. il n’y a qu’à comparer les prestations studio et live de Keziah Jones, Ben Harper, voire Baï Kamara Jr pour ceux qui connaissent, on vous tient au courant après le Pukkelpop. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Wire - 10:20

    Un album d’inédits sortis pour le Record Store Day, ce n’est pas a priori la proposition la plus alléchante de la part de Wire, même si une discographie étalée sur 43 ans et des setlists imprévisibles regorgent de morceaux peu ou pas entendus. C’est sur le papier donc un album pour fans exclusifs, pour collectionneurs compulsifs et dont le résultat est hétéroclite. Enfin, tout ça serait vrai si Wire était un groupe habituel.
    Parce que Wire est tout sauf un groupe comme les autres. Ne refaisons pas (...)

  • Foals - Everything Not Saved Will Be Lost Part 1

    Parfois la sortie d’un album nous prend par surprise : on ne l’avait pas vu venir, on n’avait pas suivi les annonces.... Parfois, la surprise est même double car on apprend que c’est la "Part 1" et qu’il y aura donc une deuxième fournée, à l’Automne 2019 précisément. C’est le scénario pour ce nouvel album de Foals.
    Car Foals, c’est un groupe qu’on suit désormais sans déplaisir, sachant qu’ils peuvent surprendre, mais on ne les tient plus pour une des meilleures formations de la scène actuelle et on est moins (...)

  • Roger Waters - Is This The Life We Really Want ?

    Ici, on a toujours privilégié la critique et l’analyse plutôt que le versant personnel, on a toujours dit ‘on’ au lieu de ‘je’ mais bon, on a une vision différente pour certains artistes et il est aussi illusoire et inutile de la cacher. Ainsi le premier texte que j’ai écrit sur un album date de 1992 (non, il n’existe plus de trace du méfait) et traitait d’Amused to Death de Roger Waters, grand album au demeurant. L’ancien bassiste de Pink Floyd n’en a d’ailleurs rien sorti depuis, privilégiant de (...)

  • Ride - Weather Diaries

    Le point d’entrée d’un groupe, l’album qui nous l’a fait découvrir, est loin d’être anodin, et conditionne l’image qu’on en aura pour le reste de leur carrière. Quand on découvre leurs débuts, tout va bien, mais il arrive qu’on l’aborde par la bande sans le vouloir. C’est ainsi que j’ai découvert Jesus and The Mary Chain via leur atypique Stoned and Dethroned et Ride à travers Carnival of Lights pour découvrir après que cet album décrié (mais que j’aime beaucoup) était établi bien loin de leur camp de base. (...)