Accueil > Musique > 2020 > Dominique A - Vie Etrange

Dominique A - Vie Etrange

lundi 30 novembre 2020, par Marc


Si les EP de Dominique A se profilent souvent comme des compléments ou des variations sur des albums et se révèlent souvent comme indispensables, Le Silence ou Tout Comme apparaissait comme une parenthèse, quatre titres cotonneux et minimalistes qui capturaient des instants de confinement comme un carnet de bord, avec des moments de grâce (Nous sommes des papiers froissés/Des gosses avec le coeur pilé) et d’isolement, comme une psalmodie Quelle vie étrange/Plus de mots bleus/No more pour exorciser des moments de l’époque (la disparition de Christophe dans ce cas).

On avait écouté, aimé et on n’en attendait pas plus. La sortie d’un album complet, comprenant les quatre titres déjà connus nous a donc un peu pris de court. Oui, c’est beau, dans la lignée de ce qu’on a entendu sur son dernier album, La Fragilité. Celui qui nous avait paradoxalement un peu moins fait vibrer, sans qu’on ne puisse trouver une raison satisfaisante. Dominique connaît l’exercice solo, pas de doute là-dessus. Mais ce ne sont pas des morceaux acoustiques pour autant. On entend souvent sa voix qui déclame sur des nappes. Et c’est beau, indéniablement, mais dégage une sensation de lenteur, de répétition, comme une copie du confinement, sans l’oppression cependant.

Parfois cependant, un peu de beats viennent réveiller A La Même Place, ce qui est une façon qui lui a déjà bien réussi dans un passé récent. Il peut même se dégager une impression d’hypnose sur Les Eveillés, sans doute un des meilleurs morceaux proposés ici.Cette froideur hiératique peut aussi rappeler certains Jean-Louis Murat (Live in Dolorès par exemple) mais sans la sensation d’espace, ce qui est cohérent avec le contexte. On tend évidemment l’oreille, pour profiter du gimmick de guitare réverbérée (Quand Je Rentre) ou des arpèges de L’Éclaircie ou des mélodies souvent dingues. Comme le résultat voulu est l’inverse de l’ampleur, on se prend parfois à imaginer ces compositions forcément abouties avec d’autres atours.

Dominique A ne revendique pas ceci comme un ‘vrai’ album et ce n’est pas une coquetterie, c’est sans doute comme un exercice parallèle qu’on tirera le meilleur de cette publication délicate mais se privant volontairement du souffle qui caractérise ses meilleures productions. Un album empreint d’une vraie beauté qu’on appréhende comme le confinement, en essayant d’en tirer le meilleur tout en espérant des jours meilleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)