Accueil > Musique > 2021 > Mogwai - As The Love Continues

Mogwai - As The Love Continues

mardi 2 mars 2021, par Marc


Si on avait manqué les premiers albums de Mogwai (non, on n’a pas de mot d’excuse…), leur copieuse discographie nous a permis de reprendre le train en marche et ne plus jamais en descendre. Ce dixième album studio qui s’ajoute à de nombreux exercices d’illustration sonore où ils excellent évidemment ne viendra pas tiédir notre ardeur.

Le son, voilà ce qui peut faire la différence. Et il est compact, énorme d’emblée, ne s’encombre souvent pas d’entrelacs de mélodies. C’est aussi la puissance du son qui a rendu une première écoute distraite et à bas volume moins gratifiante. Au contraire d’un format pop optimisé pour toutes les conditions d’écoute (du supermarché à la sono géante), Mogwai séduira ceux qui désirent s’y immerger.

Une autre caractéristique est cette façon d’adjoindre du chant vocodé qu’on retrouve sur Sur Here We, Here We, Here We Go Forever et séduit toujours. Plus surprenant en leur chef est la voix de Stuart Braithwaite dénuée d’artifices sur Richie Sacramento. Le résultat est sans doute ce qu’ils ont proposé de plus proche d’une ‘chanson’ mais ils naviguent suffisamment haut pour que la dream-pop ne soit qu’une trame. Et puis ces sons de guitare, cette densité amènent ce morceau au-delà de lui-même, bien au-dessus d’une éventuelle version acoustique en tous cas. C’est un des sommets de cet album à n’en pas douter, le genre de titre qui figurera dans une prochaine mouture de compilation, qui pourra élargir leur public au-delà de la déjà grande frange de convaincus.

Le fuzz de Ceiling Granny semble sorti d’un antique Smashing Pumpkins. C’est une évocation plus qu’agréable, même si on s’est peu soucié de l’évolution de la bande à Corgan ces deux dernières décennies. Sur Midnight Flit, ce sont des cordes qui modulent l’intensité. On note aussi de discrètes touches d’électronique et des synthés (Dry Fantasy) parce que si le post-rock est un style assez balisé, il est rarement passéiste.

Et si certains morceaux peinent un peu plus à passionner comme Drive The Nail, ils finissent finalement par emporter l’adhésion et y arrivent presque sans changement d’accord. Il y a des morceaux qui frappent moins comme Dry Fantasy mais dans le cadre d’un copieux album, ils ont indéniablement leur fonction. Notons qu’ils restent fidèles à un format relativement compact pour le genre, ne dépassant pas les 7’30’’. Ils peuvent même vriller avec concision sur Ceiling Granny.

Il en découle souvent une ampleur rare (It’s What I Want To Do, Mum), et on trouve ce qu’on est venus chercher, c’est à dire des raisons de balancer la tête de façon lente et irrépressible pendant que les mâchoires prennent une existence propre. Si on ne mentionne pas de riffs inoubliables, de mélodies qui restent en tête, ce qu’on retient c’est qu’on a vibré sur au moins la moitié des titres comme la fin dantesque de Fuck Off Money. Ça reste une musique d’exultation (Here We, Here We, Here We Go Forever), quitte à faire semblant de laisser retomber la pression. On ne note plus depuis plusieurs albums de ruptures brusques ou d’arpèges lacrymaux, mais une progression irrésistible, une densité de cocon qui lance les hostilités dès To The Bin My Friend, Tonight We Vacate Earth, morceau d’introduction forcément majestueux.

Aller de l’avant malgré tout, livrer des albums toujours impeccables, c’est le moteur d’une formation qui à plus d’un quart de siècle d’existence reste pertinente dans un style qu’on pourrait qualifier de niche. Ils ont en effet cette force d’évocation supérieure, cette force de frappe irrésistible à même de contenter les non-aficionados et on espère que cet impeccable livraison pourra encore élargir leur audience.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)